«Milk» traite de liberté, de fraternité et d'éga(y)lité
Publié

«Milk» traite de liberté, de fraternité et d'éga(y)lité

C'est l'histoire du politicien gay Harvey Milk,
assassiné en 1978,
et joué avec maestria par Sean Penn.

Pionnier de la cause homosexuelle américaine, Harvey Milk fut un militant acharné, un politicien habile, un homme amoureux et un leader charismatique.

Sean Penn le fait revivre dans le film «Milk», signé Gus Van Sant, qui lui a valu son second Oscar de meilleur acteur. Le long métrage relate en un peu plus de deux heures les huit dernières années de la vie de Harvey Milk, jusqu’à son assassinat, le 27 novembre 1978, à 48 ans, un an après son élection au conseil municipal de San Francisco.

Premier homme à être élu à un poste d’importance en revendiquant son homosexualité, Harvey Milk est parfois surnommé le «Martin Luther King gay», tant son combat pour l’égalité des droits comporte des similitudes avec celui du pasteur baptiste noir tué dix ans plus tôt.

À travers le parcours de cet homme débordant de charisme et de vitalité, le film documente avec précision une page peu connue de l’histoire américaine: la naissance d’un sentiment communautaire chez des homosexuels habitués ou résignés, jusque-là, à la solitude et au secret.

Ton opinion