Secteurs santé et socio-éducatif – Mobilisés pour demander une hausse de salaire

Publié

Secteurs santé et socio-éducatifMobilisés pour demander une hausse de salaire

LUXEMBOURG – L’OGBL et le LCGB appellent à manifester le 4 juin pour les 21 000 salariés des secteurs santé et socioéducatif.

Nora Back de l’OGBL et Céline Conter du LCGB ont présenté les revendications des secteurs.

Nora Back de l’OGBL et Céline Conter du LCGB ont présenté les revendications des secteurs.

L'essentiel

Ils gardent les enfants dans les crèches, encadrent les ados dans les maisons de jeunes, soignent les gens dans les hôpitaux, aident les personnes âgées à domicile, etc. Ils sont 21 000 salariés privés assimilés à la fonction publique et attendent les revalorisations de salaire qu’on leur a promis il y a un peu plus d’un an. Le 4 juin à 11h à Luxembourg, les syndicats OGBL et LCGB organisent une grande manifestation pour les salariés de la Fédération des hôpitaux luxembourgeois (FHL) et du secteur d’aide et de soins et du secteur social (SAS).

Les accords sur la réforme de la fonction publique de mars 2015 auraient dû être transposés dans leurs conventions collectives respectives. Ceux-ci comprennent une revalorisation salariale avec une prime unique de 0,9% et une augmentation du point indiciaire de 2,2% ainsi qu’une réorganisation et revalorisation des carrières.

Les méthodes de calcul posent problème

«Ce qui bloque, c’est l’enveloppe globale qui doit permettre ces modifications, explique Nora Back, secrétaire centrale du Syndicat santé, services sociaux et éducatifs de l’OGBL. Elle doit être calculée salarié par salarié en prenant compte des carrières et de l’ancienneté et nous ne sommes pas d’accord avec le patronat au niveau des méthodes de calcul», détaille-t-elle.

Le 10 mai, de 12h à 14h30, les syndicats distribueront des tracts aux passants devant la Chambre des députés et communiqueront leur position à son président. Le 4 juin, la manifestation devrait se faire place Clairefontaine. Les syndicats attendent toutes les autorisations.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Ton opinion