Au Luxembourg – «Mon téléphone en panne de batterie? Inimaginable»

Publié

Au Luxembourg«Mon téléphone en panne de batterie? Inimaginable»

LUXEMBOURG - Certains résidents ou frontaliers ressentent une réelle angoisse à l'idée que leur précieux smartphone tombe en rade. Témoignages.

«Si mon téléphone s'éteint, j'ai peur de rater un appel décisif», confie Daniel.

«Si mon téléphone s'éteint, j'ai peur de rater un appel décisif», confie Daniel.

On a tous vécu ce moment. Lorsque la batterie de son smartphone passe sous la barre fatidique des 15% d'autonomie et qu'il n'y a aucun moyen de recharger son précieux terminal... Chez certains résidents ou frontaliers, le risque de tomber en panne est synonyme d'angoisse. Cette dépendance extrême au téléphone portable porte même un nom: la nomophobie.

«Quand je vois l'alerte sur mon téléphone, c'est l'horreur, témoigne Daniel, 35 ans. Si mon téléphone s'éteint, j'ai peur de rater un appel décisif, que ce soit pour le travail ou à propos de mes enfants». Céline, 16 ans, redoute aussi la panne, car le smartphone, «c'est tout pour moi. Je ne sais pas comment contacter mes amis sans lui». Maru craint, elle, de ne pas pouvoir être jointe par sa mère: «Si je ne réponds pas à cause de la batterie, c'est une catastrophe!». Pour Cyril, 44 ans, être en panne est même «inimaginable».

Chargeur dans la voiture, batterie externe...

Alors comment se prémunir du risque d'un téléphone qui s'éteint? Daniel explique avoir acheté un chargeur allume-cigare pour sa voiture, et une batterie externe. «Ce sont des moyens supplémentaires que j'ai trouvés». Car le travailleur frontalier explique que le fait de ne pas avoir son chargeur avec lui lorsqu'il est en déplacement a pu l'amener à prendre des décisions étonnantes. «Cela m'est déjà arrivé de changer un itinéraire ou de repousser un rendez-vous pour aller acheter un chargeur, de peur de tomber en rade». De son côté, Cyril indique avoir investi dans un téléphone qui a une bonne autonomie. «Je le charge tous les matins», ajoute-t-il.

L'autonomie, justement, est devenue «l’un des critères les plus importants» lors d’un nouvel achat de smartphone. C'est en tous cas ce que constate le Saturn Belval Plaza, qui souligne que les téléphones deviennent de plus en plus performants et riches en fonctions, «sans pour autant que l’autonomie soit améliorée, bien au contraire». En ce qui concerne les batteries externes, le magasin indique que la demande est restée assez stable, dans la mesure où «les clients ne veulent pas s’encombrer d’un accessoire».


(Olivier Loyens/L'essentiel)

Ton opinion