Balle perdue à Fentange – «Mon visage est abîmé pour le reste de ma vie»

Publié

Balle perdue à Fentange«Mon visage est abîmé pour le reste de ma vie»

FENTANGE - Nathalie a été touchée par une balle perdue, samedi, à Fentange. À quelques heures d'une deuxième opération chirurgicale, elle se confie à «L'essentiel».

Quelques jours après l'accident survenu à Fentange, la justice comme l'Administration de la nature et des forêts gardent le silence. L'enquête suit son cours et l'accident de chasse est encore une simple hypothèse. À plus de 200 kilomètres de là, à l'hôpital universitaire de Louvain (Leuven), Nathalie, la victime, se repose avant une seconde opération. «J'ai la mâchoire droite brisée et il y a encore des débris de balle dans ma joue. Une troisième opération sera peut-être nécessaire», explique-t-elle à L'essentiel.

Alors qu'elle était assise en terrasse avec des amis, samedi après-midi, elle a pris une balle perdue en plein visage. «Je n'ai pas entendu de tirs, j'ai juste entendu un énorme sifflement qui s'approchait de moi et puis j'ai senti une douleur extrême dans ma joue. C'était bizarre car j'étais consciente tout le temps», se souvient-elle. «Ça ne ressemble à rien de connu comme douleur, je ne saurais pas la décrire».

L'analyse de la balle est en cours

Malgré son état et sa difficulté à articuler, cette Belge de 47 ans, mère de deux enfants, a tenu à raconter ce qui lui est arrivé. «Mon visage est abîmé pour le reste de ma vie, ma bouche ne va certainement pas se fermer en entier pour le reste de ma vie à cause du hobby de quelqu'un, ce n'est pas juste». Pour elle, pas de doute, c'est la balle d'un chasseur qui l'a touchée. «Quand le docteur a vu la balle, il a tout de suite dit que c'était une balle de chasse, de celles qu'on utilise pour les sangliers». Une balle, qui selon Nathalie, aurait été récupérée lundi pour analyse par la police luxembourgeoise. Une information non confirmée par le parquet de Luxembourg.

«Chez moi, à Huldenberg, j'habite aussi près d'un endroit où des parties des chasse sont organisées et je ne me suis vraiment jamais sentie en sécurité. Ma crainte s'est réalisée. Je ne suis pas antichasse mais la chasse doit être interdite dans les zones habitables», conclut Nathalie. La loi luxembourgeoise ne prévoit en effet pas de distance minimum pour utiliser un fusil. D'ailleurs, une pétition (numéro 697) est actuellement en ligne sur le site de la Chambre des députés pour changer cela.

(Fatima Rougi/L'essentiel)

Ton opinion