Crise financière – Moody's dégrade d'un cran la note de KBC

Publié

Crise financièreMoody's dégrade d'un cran la note de KBC

L'agence de notation financière a abaissé la note de crédit à long terme du bancassureur belge en raison des incertitudes sur sa capacité à rembourser les aides publiques reçues en 2008.

KBC est présent au Luxembourg au travers de KBL, sa filiale de banque privée.

KBC est présent au Luxembourg au travers de KBL, sa filiale de banque privée.

Editpress

La note de solvabilité à long terme du bancassureur, qui a été renfloué par les pouvoirs publics belges, a été dégradée d'un cran, de «Aa3» à «A1», assortie d'une perspective stable, autrement dit, Moody's n'envisage pas de la bouger à court terme.

Cette décision repose sur le fait «qu'il y a de plus en plus d'incertitudes sur la capacité de KBC à rembourser d'ici fin 2013 la totalité des aides publiques reçues des autorités belges tout en se conformant aux exigences de la réglementation de Bâle III sur le niveau des fonds propres», explique Moody's. D'autant que la détérioration des marchés devrait conduire KBC à retarder la vente de ses actifs comme il s'y était engagé. Les comptes de KBC sont en outre affectés par des impayés en Irlande et en Europe de l'Est.

Durant la crise financière de 2008, KBC avait dû procéder à des dévaluations massives de son portefeuille, ce qui avait fait exploser ses pertes et l'avait obligé à recourir à l'aide des pouvoirs publics belges. En contrepartie, la Commission européenne avait obtenu du bancassureur qu'il cède d'ici à 2013 le quart de ses activités, soit quelque 39 milliards d'euros d'actifs. Il doit ainsi vendre sa filiale de banque privée KBL, l'un des principaux groupes européens de gestion de comptes privés.

(L'essentiel Online/AFP)

Conséquences?

Ses banques locales affiliées ont 55 implantations dans dix pays européens: Belgique, France, Allemagne, Luxembourg, Monaco, Pays-Bas, Pologne, Espagne, Suisse et Royaume-Uni. La banque américaine Wells Fargo envisage de faire une offre, avait rapporté la semaine dernière le Wall Street Journal. Fin juillet, KBC a obtenu l'aval de Bruxelles pour modifier son programme de restructuration mis sur pied fin 2009 et céder ses filiales polonaises Kredyt Bank et Warta. Il a ainsi indiqué en août qu'il allait renoncer aux introductions en Bourse de sa filiale tchèque CSOB et de sa filiale hongroise K&H.

Ton opinion