Etats-Unis – Mort de Betty Davis, une pionnière du funk
Publié

États-UnisMort de Betty Davis, une pionnière du funk

Seconde épouse de Miles Davis, Betty Davis était un pilier de la scène musicale new-yorkaise des années 1960, qui a inspiré tout une génération d’artistes.

La seconde épouse de la légende du jazz Miles Davis était un pilier de la scène musicale new-yorkaise des années 1960.

La seconde épouse de la légende du jazz Miles Davis était un pilier de la scène musicale new-yorkaise des années 1960.

La musicienne Betty Davis, précurseure du funk et inspiratrice pour des générations d’artistes malgré une courte carrière, est décédée mercredi à 77 ans.

«C’est avec une grande tristesse que je partage la nouvelle du décès de Betty Davis, influenceuse musicale aux multiples talents et pionnière du rock, chanteuse, auteure-compositrice et figure de la mode», a annoncé une amie de longue date de Betty Davis, Constance Portis, sur le site internet de l’artiste.

La seconde épouse de la légende du jazz Miles Davis était un pilier de la scène musicale new-yorkaise des années 1960, et a enregistré la quasi-totalité de sa musique entre 1964 et 1975, avec des titres comme «Get Ready for Betty». Elle avait connu un grand succès pour son lyrisme aux références sexuelles, donnant le ton, plus tard, à des légendes comme Prince et Madonna.

Si leur mariage n’a duré qu’un an, c’est à Betty Davis que l’on attribue le mérite d’avoir fait découvrir au trompettiste le rock de l’époque, à travers Jimi Hendrix, et ouvert la voie à sa phase fusion, qui a donné naissance à «Bitches Brew» en 1970.

Betty Davis a également écrit la chanson «Uptown (to Harlem)» en 1967 pour les Chambers Brothers, redécouverte dans le documentaire «Summer of Soul» sur le Harlem Cultural Festival de 1969, un film du musicien Questlove nommé aux Oscars 2022.

Des rappeurs comme Ice Cube et Talib Kweli ont samplé le travail de Betty Davis, dont la musique n’a pas connu de succès commercial mais a inspiré des artistes pendant des décennies.

Pour l’artiste Janelle Monae, elle est l’une des «marraines» derrière «la redéfinition de la façon dont les femmes noires dans la musique peuvent être perçues». «Nous ne sommes que des grains de sable dans sa Bettyness» a ajouté la chanteuse Erykah Badu à propos de Betty Davis.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion