Fonds bloqués – Moscou menace Washington de représailles
Publié

Fonds bloquésMoscou menace Washington de représailles

Brusque montée de fièvre entre la Russie et les États-Unis suite au blocage du virement d'un ambassadeur russe, mesure prise dans le cadre des sanctions liées au rattachement de la Crimée.

Barack Obama et Joe Biden n'ont pas réagi aux menaces moscovites.

Barack Obama et Joe Biden n'ont pas réagi aux menaces moscovites.

AFP

La Russie va prendre des mesures de représailles contre les diplomates américains après le blocage d'un transfert d'argent d'un ambassadeur russe par la banque américaine JP Morgan, a déclaré le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch. La Russie considère comme «inacceptable, illégale et absurde la décision de la banque JP Morgan Chase de bloquer le transfert de l'ambassadeur russe à Astana vers la compagnie d'assurances Sogaz sous le prétexte de sanctions contre la Russie», souligne-t-il dans un communiqué publié mardi soir.

Sogaz est partiellement détenue par la banque russe Rossia, qui fait partie de la liste des sociétés et individus ciblés par les sanctions américaines décrétées en réponse au rattachement de la Crimée à la Russie. «Washington doit comprendre que toute action hostile envers des diplomates russes ne représente pas seulement une violation grossière du droit international mais est un prélude à des mesures de représailles qui ne vont pas manquer d'avoir un effet sur le travail de l'ambassade et du consulat des États-Unis en Russie», avertit-il. «JP Morgan Chase a donc rendu un mauvais service» à l'administration américaine, souligne le ministère.

La banque, qui a une présence importante dans le secteur financier russe, a souligné que «comme toutes les institutions financières américaines qui ont des activités à l'international», elle était «soumise à des exigences réglementaires spécifiques», dans un communiqué transmis par sa représentation à Moscou. «Nous allons continuer à suivre les recommandations du gouvernement américain sur l'application des sanctions récentes», a-t-elle poursuivi. La société d'investissement Abros, une filiale de la banque Rossia, est actionnaire à 48,5% de Sogaz, a indiqué une porte-parole de la société d'assurance.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion