Compétition au Luxembourg – Musclés mais pas trop, à la Diamond Cup

Publié

Compétition au LuxembourgMusclés mais pas trop, à la Diamond Cup

MONDORF-LES-BAINS - Samedi, la Diamond Cup débarque au Casino 2000 de Mondorf-les-Bains. Et pour gagner, il ne suffit pas d'être musclé.

Dylan Sintra (à droite), 22 ans, veut passer pro.

Dylan Sintra (à droite), 22 ans, veut passer pro.

Poses forcées, corps musclés au point d'être déformés, spectre du dopage, le bodybuilding, plombé par une image dégradée, est bien décidé à s'en défaire. «On revient à l'esthétique. Et les contrôles antidopage sont stricts», insiste Guy Kridel, président de l'entité luxembourgeoise de la Fédération internationale de bodybuilding et fitness (IFBB). Cette dernière espère le prouver samedi (10h) au chapiteau du Casino 2000 de Mondorf-les-Bains, lors de la première Diamond Cup organisée au Grand-Duché.

Les catégories se sont ainsi diversifiées pour, outre le style classique, s'ouvrir à des défilés, façon «bord de plage», sans poses, en bermuda, mains ouvertes... Brésilienne d'origine, vivant à Differdange, Aline Duarte, 38 ans, concourra dans la catégorie wellness. Employée du magasin de compléments sportifs BodyFit à Gasperich, elle est arrivée à la compétition en suivant son mari bodybuilder, Luca.

«Ma catégorie est nouvelle en Europe. Les muscles sont arrondis, ont du volume, mais sont moins découpés», raconte la sportive, qui s'entraîne près d'une heure par jour et s'astreint à un régime alimentaire strict, surtout à l'approche des compétitions. «Il s'agit de travailler chaque jour des groupes musculaires différents», précise Dylan Sintra, 22 ans, qui représentera aussi samedi la fédération luxembourgeoise. «Au départ, je faisais ça pour m'occuper, me détendre, puis j'ai progressé très vite. Désormais, mon but est de passer pro. Je ne cherche pas à être le plus musclé possible, mais à réussir en compétition».

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Ton opinion