Dakar 2015 – Nasser Al-Attiyah tient finalement sa revanche

Publié

Dakar 2015Nasser Al-Attiyah tient finalement sa revanche

Privé de victoire dimanche pour excès de vitesse, le pilote Mini a pris sa revanche lundi en remportant la 2e étape du Dakar 2015, alors que les buggies Peugeot ont multiplié les collisions.

Déclassé la veille, Al-Attiyah a remporté lundi la 20e victoire de sa carrière dans le Dakar.

Déclassé la veille, Al-Attiyah a remporté lundi la 20e victoire de sa carrière dans le Dakar.

AFP

À 68 km/h au lieu de 50 sur une section limitée: ce débordement avait contraint le vainqueur du Dakar 2011 à rendre sa victoire, dimanche. Qu'à cela ne tienne: pour décrocher la 20e victoire de sa carrière sur le Dakar, le Qatarien n'a eu qu'à patienter 24 heures, à l'issue des 518 km de spéciale entre Villa Carlos Paz et San Juan. La plus longue étape de ce Dakar. Sous une chaleur de plomb, seules les Toyota du Sud-Africain Giniel de Villiers (vainqueur 2009) et du Néerlandais Bernhard Ten Brinke ont résisté au Qatarien, lui concédant respectivement 8 et 10 minutes.

L'Espagnol Carlos Sainz, 8e, en a perdu plus de 20, après une collision avec un motard, le Français Laurent Moulin, qui disputait son premier Dakar. Le motard arrive à contresens, mais les deux hommes choisissent le même côté, explique Carlos Sainz, choqué par ce «choc brutal». Résultat: jambe cassée et traumatisme facial pour le pilote Yamaha, abandon en prime. Quant au leader de l'écurie au Lion, Stéphane Peterhansel, «Monsieur Dakar» avec ses 11 victoires, il a encore perdu plus d'une heure (27e), après une collision après un arbre, dans du fesh-fesh. Longue réparation, sous «une température de 49 degrés», puis attente d'un autre concurrent, pour être tracté et pouvoir redémarrer: l'étape était définitivement perdue

La chaleur, «un enfer, une torture»

Quant à Cyril Despres, sorti titubant du cockpit de sa voiture, à son arrivée, il a continué son apprentissage, après cinq titres moto, avec lui aussi une heure de perdue (25e), mais sans collision! Nani Roma, le tenant du titre (Mini), 135e dimanche, a bien repris la course lundi matin, après avoir fini remorqué par un camion: et il a fait mieux: 22e, avec un retard sur Al-Attiyah de désormais... 8h26! Les Minis déjà en place - 5 dans le top 10 lundi -, et Al-Attiyah placé: pour Peugeot, une nouvelle victoire, après ses quatre succès africains, sera un vrai défi, son pilote le mieux placé, le «matador» Sainz, étant déjà relégué à 20 minutes du Qatarien au général. «Nous avons attaqué au maximum aujourd'hui, c'était notre plan, a confié Al-Attiyah à l'arrivée. Nous avons étudié l'étape dans le détail hier, et avec Mathieu (NDLR: son copilote) nous n'avons dormi qu'une heure et demie cette nuit».

Côté motos, c'est Honda qui a pris le pouvoir lundi, avec la victoire de l'Espagnol Joan Barreda. Au général, le jeune Catalan a relégué le tenant du titre, l'Espagnol Marc Coma, à plus de 12 minutes: le pilote KTM a fini l'étape au ralenti, victime d'un pneu arrière très mal en point. Mais la chaleur, «un enfer, une torture» selon Barreda, n'a pas fait souffrir que les pneumatiques du leader de l'écurie autrichienne. Jambe cassée pour Laurent Moulin donc, poignet cassé pour le 66, les dégâts étaient si importants qu'en milieu d'après midi la direction de course a finalement décidé de neutraliser la fin de la spéciale pour les motos et les quads.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion