Entretiens au Luxembourg – «Ne pas répondre à une question misogyne»

Publié

Entretiens au Luxembourg«Ne pas répondre à une question misogyne»

LUXEMBOURG - Le parcours à l'embauche d'une femme est parfois bien loin d'être un long fleuve tranquille.

Il n'est pas rare qu'un entretien mette la candidate mal à l'aise.

Il n'est pas rare qu'un entretien mette la candidate mal à l'aise.

«Certains recruteurs associent le projet de maternité de la candidate à un manque de flexibilité au travail», déplore Oriane Martin, experte RH. Même si, «la plupart des patrons accordent aux employés un aménagement de leurs horaires pour concilier vie privée et vie professionnelle», selon Chloé Jeannin, spécialiste RH, «un souci récurrent des recruteurs reste la mobilité».

Alors que le pays est petit et que «la loi au Luxembourg permet de rester chez soi pour s'occuper de son enfant malade, selon Chloé Jeannin, il est difficile de veiller à la famille quand le temps de trajet entre domicile et travail s'allonge», dit Oriane Martin. Pour cette dernière, «la crainte de ne pas pouvoir assumer le rôle de mère, en plus des obligations professionnelles, pousse ainsi certaines à décliner une offre de poste».

«La candidate ne doit être jugée que sur base de ses compétences, ce qui n'est pas toujours le cas. À fonction égale, la femme est souvent moins rémunérée qu'un homme», regrette Chloé Jeannin, qui rappelle que «la candidate, face au recruteur, se réserve le droit de ne pas répondre à une question qu'elle juge misogyne».

(Pierre François/L'essentiel)

Ton opinion