Tuerie de Bruxelles – Nemmouche sera fixé sur son sort le 26 juin

Publié

Tuerie de BruxellesNemmouche sera fixé sur son sort le 26 juin

Soupçonné d'avoir tué quatre personnes fin mai, au musée juif de Bruxelles, le Français pourrait bientôt être remis entre les mains des autorités belges.

«Je ne m'opposerai pas à une remise» aux autorités belges «si la Belgique me certifie qu'elle ne m'extradera pas vers un pays tiers», a déclaré Mehdi Nemmouche, 29 ans, lors d'une audience qui a duré près de 45 minutes. Son avocat, Apolin Pepiezep, a évoqué un «risque de transfert». «Il est possible que M. Nemmouche soit extradé de la Belgique vers un pays tiers», a-t-il estimé. Deux personnes décédées dans la tuerie du 24 mai étaient israéliennes, les deux autres étant une retraitée française et un employé belge.

Jusque-là, le suspect, interpellé le 30 mai, à Marseille, dans le sud de la France, dans un autocar en provenance de Bruxelles en possession d'armes similaires à celles de la tuerie, s'était fermement opposé à l'extradition demandée par la Belgique. «Mon client est français, il a été interpellé en France et une des victimes est française», a réaffirmé à l'audience son avocat, disant préférer un procès devant une juridiction française. Impassible, le visage fermé et portant une barbe de trois jours, le suspect en polaire noir a juste fait un clin d’œil à des membres de son entourage en arrivant dans la salle, escorté par les hommes de la sécurité de l'administration pénitentiaire.

Mis en examen et placé en détention notamment pour assassinats, il ne s'est toujours pas exprimé sur les faits qui lui sont reprochés. Délinquant multirécidiviste qui a plongé dans l'islam radical, Mehdi Nemmouche est parti en Syrie fin 2012 au sortir de cinq années de détention. Là-bas, il aurait intégré les rangs d'un groupe jihadiste particulièrement radical et violent, l’État islamique de l'Irak et du Levant (EILL), selon le parquet de Paris.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion