Au Luxembourg – Nicolas Henckes va quitter la clc en fin d'année
Publié

Au LuxembourgNicolas Henckes va quitter la clc en fin d'année

LUXEMBOURG - Nicolas Henckes estime, avant de quitter la Confédération luxembourgeoise du commerce, laisser «une boutique en bon état».

Nicolas Henckes va quitter la clc.

Nicolas Henckes va quitter la clc.

Nicolas Henckes «a fait part au Conseil d'administration de sa volonté de relever un nouveau défi professionnel à compter du 1er janvier 2022», écrit ce vendredi la Confédération luxembourgeoise du commerce (clc) dans un communiqué annonçant le départ de son directeur depuis 2017.

À l'époque, «sous l'impulsion du président Fernand Ernster, la clc a décidé de lancer un processus de réorientation stratégique et de réorganisation d'envergure». C'est alors que la fédération patronale avait recruté Nicolas Henckes, qui avait annoncé qu'il resterait environ 5 ans, «le temps de remplir sa mission».

Et la mission a été accomplie, estime le principal intéressé. «Mon action semble couronnée de succès», se réjouit Nicolas Henckes, contacté par L'essentiel. «C'est le bon moment pour partir, en laissant une boutique en bon état». Avec les changements initiés depuis 2017, la clc a été en position de se faire entendre quand la crise sanitaire, avec son lot de fermetures, est arrivée. «On a été capables de soutenir nos membres lors des négociations avec le gouvernement, dans les comités de conjoncture. On a été très performants sur l'accompagnement de nos membres quand cette situation catastrophique nous est tombée dessus».

«Défendre le commerce»

Et, alors que l'avenir s'annonce désormais «moins compliqué», la clc va pouvoir reprendre son développement, notamment en renforçant «l'offre d'assistance à nos membres et en augmentant notre influence politique». Une influence qui a déjà grandi, avec l'intégration de plusieurs fédérations commerciales. «Nous avons réussi à rassembler tout le commerce et à créer une grande famille du commerce. La clc est dans la meilleure position pour défendre le commerce au Luxembourg».

La clc va donc chercher un remplaçant, ou une remplaçante. Une offre d'emploi sera publiée dès la semaine prochaine à cet effet. En attendant, le président Ernster rend hommage à son directeur. «Nicolas a été le directeur qu'il nous fallait. Grâce à lui et à l'équipe qu'il a su constituer, la clc a été capable de faire plus que tenir le choc pendant la crise sanitaire», dit-il.

Nicolas Henckes, lui, confie que «c'est la première fois que j'annonce un départ avant d'avoir signé» pour le job suivant. Il reste toutefois «confiant» et affirme chercher «au Luxembourg et à l'étranger. Je verrai vers quoi je me tourne». Plusieurs pistes s'offrent à lui et il espère bien confirmer sa nouvelle destination «avant les vacances d'août».

(L'essentiel)

Ton opinion