Bande dessinée – Noé, le rythme réinventé
Publié

Bande dessinéeNoé, le rythme réinventé

Darren Aronofsky a fait de Noé, le déluge et le récit biblique, un film mais aussi une bande dessinée puissante.

Vous pensiez connaître Noé, à travers son arche sauvant du déluge les espèces animales. Le réalisateur américain Darren Aronofsky («Black Swan», «Requiem for a Dream», «Pi»...) a réinventé le mythe biblique pour en faire un film-événement fait de bruit et de fureur, mais aussi une saga BD, en quatre tomes, très puissante.
Pour moderniser et revisiter de fond en comble le plus célèbre des mythes, Darren Aronofsky a trouvé en Niko Henrichon le dessinateur idéal.

Au point que celui-ci a passé quatre ans de sa vie sur ce projet pharaonique. Se lancer dans un projet de cette envergure sur la Bible n'était pas sa priorité. Et pourtant... «J'ai lu le projet de la première à la dernière ligne et son ton décalé m'a plu. Si la première partie est plutôt classique, la suite dérive vraiment de l'histoire telle qu'on la connaît. C'était un bon scénario, cela valait vraiment le coup de le transformer en bande dessinée».

Si des éléments de la BD ont influencé le film, des éléments du film ont influencé la BD. Mais les deux médias restent néanmoins fort différents, si bien que le scénario a été modifié pour les planches. «Nous avons créé un univers postapocalyptique assez impressionnant, agrément d'un mystère intéressant», explique Niko Henrichon. Joué par Russell Crowe dans le film, Noé est fort loin de l'image traditionnelle du patriarche à la barbe blanche avec toge et sandales. C'est bien au contraire un guerrier dont la violence et la colère sont au cœur de l'histoire. Un guerrier qui devient fou.

«En s'en tenant à ses prophéties, à ses visions, Noé perd complètement le nord. Un parallèle avec tous ceux qui, aujourd'hui, s'enferment dans le carcan d'idées dogmatiques. Dans la vraie vie, on les appelle les fondamentalistes. Ils peuvent nous mener à de vraies catastrophes».
Œuvre inclassable et spectaculaire entre héroic fantasy, récit biblique et comics épique, «Noé» est le résultat d'une ambition longuement maturée. Darren Aronofsky était adolescent à Brooklyn lorsqu'il avait écrit une courte nouvelle sur le thème de la paix. Un poème parlant de Noé, de sa famille et de leur survie au déluge. Un poème qui lui avait permis de remporter un prix.

Ce poème est devenu un film et une saga fantastique en quatre tomes, déjà regroupés en intégrale. Différent des sages livres d'images, ce Noé emporte tout sur son passage dans un déluge d'images incroyables.

(Denis Berche)

Ton opinion