Triple meurtre de Longwy – Non, Aiutino n'a pas été remis en liberté

Publié

Triple meurtre de LongwyNon, Aiutino n'a pas été remis en liberté

Elle court, elle court la rumeur. Vincenzo Aiutino, qui a tué trois femmes à Longwy en 1991-92, aurait quitté la prison et serait venu revivre en Lorraine. Faux, archi-faux!

En février 1992, Vincenzo Aiutino faisait la une des médias. Il faut dire que ce jeune homme était arrêté à l'issue d'une course-poursuite rocambolesque et finissait par reconnaître être l'auteur de trois meurtres. Trois homicides perpétrés à l'encontre de femmes, entre l'été 1991 et début 1992. Trois crimes ignobles commis à la barre de fer, précédés de viols, le tout commis par un garçon déjà condamné pour agressions sexuelles.

Condamné d'abord en Belgique pour tentative d'évasion avec prise d'otages, le tueur n'est remis à la justice française qu'en 1993. Le procès à la Cour d'assises de Nancy n'aura, lui, finalement lieu qu'en mars 1998. Les juges seront inflexibles et Aiutino condamné à perpétuité, assortie d'une peine incompressible de 18 ans. Et voilà que treize ans après ce verdict, le nom du Longovicien de naissance se fait à nouveau entendre. Ici, quelqu'un annonce sa libération et son retour en Lorraine, sur Facebook une voisine assure l'avoir croisé à Rehon (non loin de Longwy), etc.

«Psychopathe pervers»

Une rumeur qui prend vite de l'ampleur tant le criminel a laissé d'effroyables souvenirs dans le Nord de la Lorraine. Et pourtant, à 40 ans, Aiutino est toujours derrière les barreaux. Vérification en a été faite par L'essentiel: le tueur est incarcéré à la prison d'Ensisheim. La rumeur, elle, fait semblant de l'ignorer, et invite chacun à se montrer d'une extrême prudence…

Pas de fumée sans feu, un petit malin aura certainement fait ce calcul machiavélique pour asseoir sa démonstration: «1998 + 18 ans de peine = 2016.» 2016, date de sortie minimale certes mais à laquelle il faut soustraire les 5 années de préventive (durée d'incarcération avant son procès). Le résultat est simple: 2011! Et voilà comment d'un raisonnement basique ont fait une rumeur. Mais, il est certain pour l'heure, qu'aucune date de libération n'a encore été fixée pour celui qui avait été qualifié devant la cour de «psychopathe pervers».

Patrick Jacquemot

Trois filles, trois drames

Vincenzo Aiutino était connu des services de police dès l'âge de 14 ans. Exhibition et agressions ont ensuite jalonné l'adolescence de ce garçon né à Longwy en 1970 mais demeurant en Belgique. Il sera arrêté au lendemain de son ultime crime, en février 1992. Voici les trois victimes dont il aura pris la vie à Longwy.

- Isabelle Le Nénan: à 20 ans, elle était attachée commerciale. C'est sur le parking du supermarché Auchan de Mont-saint-Martin qu'elle sera abordée par son meurtrier, en juillet 1991. Son corps sera retrouvé en octobre de la même de la même année, dans le bois de Tupange en Belgique.

- Isabelle Christophe: 21 ans et caissière, justement au magasin Auchan déjà cité. Elle sera conduite au domicile de son agresseur, à Aubange (B) pour y être violée, étranglée et achevée à coups de barre de fer.

- Bernadette Tour: 40 ans et visiteuse médicale, c'est dans la salle d'attente d'un docteur qu'elle croisera la route d'Aiutino en février 1992.

C'est son mari qui donnera le signalement de l'homme qu'il avait aperçu avant de laisser son épouse à ce rendez-vous professionnel. Vincenzo Aiutino sera interpellé le lendemain.

Ton opinion