Coronavirus en Espagne – «Notre gouvernement est un assassin»

Publié

Coronavirus en Espagne«Notre gouvernement est un assassin»

Dans toutes les grandes villes samedi, des manifestants ont protesté, en voiture, contre la gestion de crise du coronavirus du gouvernement espagnol.

A demonstrator holds a scarf reading "Spain" during a "caravan for Spain and its freedom" protest by far-right party Vox against the Spanish government in Madrid on May 23, 2020. - Spain, one of the most affected countries in the world by the novel coronavirus with 28,628 fatalities, has extended until June 6 the state of emergency which significantly limits the freedom of movement to fight the epidemic. The left-wing government's management of the crisis has drawn a barrage of criticism from righ-wing parties who have denounced its "brutal confinement". (Photo by JAVIER SORIANO / AFP)

A demonstrator holds a scarf reading "Spain" during a "caravan for Spain and its freedom" protest by far-right party Vox against the Spanish government in Madrid on May 23, 2020. - Spain, one of the most affected countries in the world by the novel coronavirus with 28,628 fatalities, has extended until June 6 the state of emergency which significantly limits the freedom of movement to fight the epidemic. The left-wing government's management of the crisis has drawn a barrage of criticism from righ-wing parties who have denounced its "brutal confinement". (Photo by JAVIER SORIANO / AFP)

AFP/Javier Soriano

Des milliers de personnes ont manifesté, samedi en voiture, dans les grandes villes espagnoles à l’appel du parti d’extrême droite Vox pour dénoncer la gestion de la crise du coronavirus par le gouvernement de gauche de Pedro Sanchez. À Madrid, des centaines de voitures et deux-roues ornés de drapeaux espagnols roulant au pas ont parcouru vers midi les grandes avenues du centre de la capitale, dans un concert de klaxons, conduits par des manifestants portant en grande majorité des masques et scandant des slogans comme «Sanchez, démission!» ou «Liberté!»

Les manifestations, convoquées par Vox dans une cinquantaine de villes, ont également eu lieu à Barcelone, Séville, Malaga, Valence, Cordoue ou Bilbao, entre autres.

«Incapable de protéger son peuple»

Le gouvernement «a été incapable de protéger son peuple, ses anciens et ses soignants», a dénoncé le dirigeant de Vox Santiago Abascal, juché sur un bus à impériale à Madrid. Accusant l’exécutif «d’incarner la menace pour la liberté de l’Espagne», il a appelé les Espagnols à continuer d’exiger sa démission. Le gouvernement a fait preuve «d’une gestion tardive au début (de la pandémie). Pendant, ça a été une gestion néfaste. Et je crois qu’après tout ça le gouvernement va nous plonger dans une crise économique», a estimé Oscar de Lolmo, ingénieur de 51 ans qui portait une montre décorée du drapeau espagnol.

Pedro Sanchez est confronté depuis plusieurs jours à des manifestations à coups de casseroles dans plusieurs villes. Les manifestants accusent l’exécutif de bâillonner les libertés individuelles et d’incompétence face à une pandémie qui a fait près de 28 000 morts en Espagne. «Je suis venue parce que je crois que le gouvernement de Pedro Sanchez nous a menti, qu’il a joué avec la santé des Espagnols (…) Il a joué avec la santé des personnes âgées car il ne nous a pas fourni de masques ni de mesures de sécurité pour éviter la contamination», a fulminé Marina Samber, 51 ans, masque vert -la couleur du parti Vox- sur le visage.

Les membres du gouvernement «sont devenus les assassins de 40 000 personnes car si Sanchez n’avait pas été au pouvoir (…) il y aurait eu beaucoup moins de morts», a assuré Carlos De Lara, commercial de 43 ans venu avec son père de 68 ans, persuadé que le bilan officiel des décès est largement sous-estimé.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion