Catastrophes naturelles – Notre urbanisme va-t-il devoir changer?
Publié

Catastrophes naturellesNotre urbanisme va-t-il devoir changer?

Les pluies et grêles récentes mettent en lumière la vulnérabilité du bâti. Plusieurs articles parus ce dimanche dans la presse en Europe font état de ce constat.

A damaged bridge is seen in Kelchsau near Kitzbuehel, Austria, on July 18, 2021, after heavy rainfall caused damaging floods and mudslides. (Photo by - / various sources / AFP) / Austria OUT

A damaged bridge is seen in Kelchsau near Kitzbuehel, Austria, on July 18, 2021, after heavy rainfall caused damaging floods and mudslides. (Photo by - / various sources / AFP) / Austria OUT

AFP/-

Notre environnement construit est fragile, comme le montrent les récentes intempéries. L’urbanisme doit donc s’adapter. La NZZ rapporte qu’en Allemagne, pays durement touché par les intempéries, des appels se font entendre pour adapter le bâti afin d’éviter de futures catastrophes. «Le changement climatique est en plein essor», a déclaré Fred Hattermann, du Potsdam Institute for Climate Impact. Il faut donc sensibiliser les gens à la gravité des inondations.

Le journal alémanique cite également l’urbaniste Lamia Messari-Becker, professeure à l’Université de Siegen, qui a lancé un appel à modifier la planification des villes. Par exemple, il ne faudrait plus qu’il y ait de construction aux abords des eaux. Par contre, des canalisations capables d’absorber de fortes pluies sont à prévoir. Le co-président des Verts allemands, Robert Habeck, a déclaré à la NZZ qu’il était désormais essentiel de rendre les villes et les villages «extrêmement résistants aux intempéries».

Les centrales nucléaires, des usines à gaz

Il en va de la résilience des habitations, mais aussi des infrastructures. Certaines sont critiques. La SonntagsZeitung explique que les rives de l’Aar, en Suisse, sur lesquelles sont bâties les centrales nucléaires de Beznau (AG) et de Gösgen (SO), sont menacées d’érosion. Après la catastrophe de Fukushima au Japon, en 2011, un rapport a conclu qu'en cas de fortes inondations, il est possible que les deux sites soient inondés sur un mètre de profondeur.

Angela Merkel, venue constater dimanche les dégâts causés par les inondations meurtrières dans l'ouest de l'Allemagne, a appelé à accélérer la lutte contre le changement climatique, constatant que les dommages causés par les phénomènes météorologiques extrêmes sont «plus importants que dans le passé». «Nous devons nous dépêcher, nous devons être plus rapides dans la lutte contre le changement climatique», a estimé la chancelière lors d'un échange avec la presse et les habitants, après avoir arpenté le village dévasté de Schuld (Rhénanie-Palatinat).

(L'essentiel/ami/afp)

Ton opinion