Au Luxembourg: «Nous nous occuperons des réfugiés ukrainiens jusqu'au bout»

Publié

Au Luxembourg «Nous nous occuperons des réfugiés ukrainiens jusqu'au bout»

LUXEMBOURG – L'ASBL Slava Ukrayini Luxembourg vient en aide aux réfugiés ukrainiens au Grand-Duché, depuis le début de la guerre. Elle dresse un premier bilan de son activité.

L'ASBL vient en aide à une cinquantaine de réfugiés ukrainiens, sur les près de 4 000 présents au Grand-Duché.

L'ASBL vient en aide à une cinquantaine de réfugiés ukrainiens, sur les près de 4 000 présents au Grand-Duché.

Slava Ukrayini Luxembourg

«Il faut savoir gérer sur la durée, c'est comme un marathon». Julien Doussot fait partie des membres des l'ASBL Slava Ukrayini Luxembourg qui vient en aide aux réfugiés ukrainiens au Grand-Duché, depuis le début de la guerre. Il dresse un premier bilan de l'activité de l'association. «Nous suivons actuellement une cinquantaine de personnes (NDLR: le Luxembourg accueillait au 5 juillet près de 4 200 réfugiés arrivés depuis l'Ukraine). Nous devons encore trouver un logement stable pour deux ou trois familles, qui sont actuellement en logement d'urgence».

À ce titre, le bénévole explique que des particuliers ont mis à disposition des logements à titre gratuit, pour une période de deux ans. Sans oublier le travail de la Croix Rouge qui a aménagé des habitations.

En parallèle, Slava Ukraynini poursuit son travail dans l'accompagnement au quotidien des réfugiés: aide pour faire les courses et pour réaliser les démarches administratives. «Avec la barrière de la langue, il n'est pas facile pour eux de suivre l'évolution de la réglementation», note Julien Doussot.

En outre, l'ASBL organise des événements. Ce samedi, une «après-midi détente» (14h à 21h) est organisée à Ehnen Beach. Slava Ukraynini propose, en partenariat avec le Water Ski Club «Ehnen Beach», des stages d'initiation aux sport nautiques pour les familles réfugiées ukrainiennes. Les résidents et frontaliers sont invités à venir prendre un verre ou manger une grillade, afin de soutenir l'ASBL.

«Slava Ukrayini vit sur les dons ou sur l'argent généré par les évènements, note Julien Doussot. Cela permet d'aider les réfugiés à acheter à manger et à payer leurs charges». L'ASBL se dit déterminée à remplir sa mission jusqu'à la fin de la guerre.

(ol)

Ton opinion

13 commentaires