Événement au Luxembourg: «Nous visons le Top 10 au Championnat du monde»

Publié

Événement au Luxembourg«Nous visons le Top 10 au Championnat du monde»

MAMER – Les pompiers du CIS de Mamer se préparent d'arrache-pied au «World Challenge Rescue», de jeudi à dimanche à domicile.

1 / 18

Vincent Lescaut/L'essentiel

Vincent Lescaut/L'essentiel

Vincent Lescaut/L'essentiel

«Tout doit être fait dans les règles de l'art, dit Massimo Tarantini, nous nous sommes entraînés une douzaine de fois depuis un mois sur des scénarii de ce genre, que nous rencontrerons de jeudi à dimanche au World Rescue Challenge».

Avec leurs collègues de Lintgen, de Kordall, d'Echternach et une équipe Interred de la Grande Région (une grande première, avec deux pompiers luxembourgeois), les Mamérois figurent parmi les 288 participants issus de 17 pays à cet officieux «Championnat du monde des pompiers». En tout, 20 pompiers grand-ducaux seront sur le pont. La sélection se fait «d’abord sur une base volontaire», et ensuite «en fonction des résultats au Championnat national qui s’est déroulé au mois de mai», éclaire Massimo Tarantini.

Habitués de la compétition, «nous visons un Top 10», avoue l'IC de l'équipe championne nationale. «Les Anglais, les Australiens, les Portugais et aussi les Français sont très forts». Deux challenges distincts sont prévus: la partie «Rescue» et la partie «Trauma», avec à chaque fois, une série d'exercices variés. Cela comprend «un exercice de dix minutes avec une personne en état critique, un exercice standard avec une personne encastrée et une situation complexe avec deux victimes, dont une dans un état critique, pour laquelle nous disposons de 30 minutes».

«Éprouver de nouvelles techniques, sans négliger le côté humain»

«Nous sommes cotés sur la sécurité, notre manière de travailler, la technique, et aussi la communication entre les membres de l’équipe. En outre, chaque personne est jugée individuellement selon son rôle. Le chronométrage est aussi très important, comme la perception des risques», explique Massimo Tarantini. «Bien sûr, nous recevons plus de points si nous parvenons à sauver la victime, mais ce n’est pas le point essentiel».

Au-delà de l’aspect compétition stricto sensu, «un des buts de la manifestation est de voir et d’éprouver de nouvelles techniques, sans négliger le côté humain, car par la force des choses, d’année en année, nous nous connaissons entre confrères de différents pays», ajoute l’IC mamérois.

Une première au Luxembourg

Pour la première fois, la compétition se déroulera au Luxembourg. «Nous espérons beaucoup de monde dimanche, qui s’annonce ensoleillé, avec en plus une expo de véhicules de pompiers», relate Massimo Tarantini. Le fait de se produire à domicile «génère une énorme fierté et une grosse motivation de montrer notre savoir-faire à la famille et aux amis», reconnaît Alain Fritsch, Medic. Maxime Mirto, technicien, avoue cependant aussi ressentir «un petit stress, dans l’attente d’un résultat correct».

Les près de 200 épreuves sont étalées sur quatre jours de compétition, de jeudi à dimanche. L’accès est gratuit pour le public, chaque jour de 8 à 18 heures sur le site du nouvel état-major du Corps grand-ducal d’incendie et de secours, boulevard de Kockelscheuer, à Gasperich. Toutes les infos sur wrc2022.lu.

(Jean-François Colin)

Ton opinion

2 commentaires