Au Luxembourg – Nouveau lieu pour aider les familles en difficulté

Publié

Au LuxembourgNouveau lieu pour aider les familles en difficulté

ETTELBRUCK - Submergées de demandes de thérapies, pour petits et grands, l'asbl Solidarité-Famille et la Fondation Pro Familia ont aménagé de nouveaux locaux.

Les consultations données par AFP-Solidarité-Famille et la Fondation Pro Familia sont prises d’assaut.

Les consultations données par AFP-Solidarité-Famille et la Fondation Pro Familia sont prises d’assaut.

L'asbl AFP-Solidarité-Famille et la Fondation Pro Familia ont inauguré, lundi après-midi, leurs nouveaux bureaux communs au Centre Kennedy d'Ettelbruck. Les deux structures se trouvaient jusqu'à présent réunies à la maison sociale, mais les murs devenaient trop petits. «Nous avons reçu 682 familles l'an dernier, pour un total de 5 742 entretiens à l'échelle du pays. Concernant l'antenne d'Ettelbruck, la demande est très forte», explique Jutta Gansemer, chargée de direction de AFP-Solidarité-Famille.

Plusieurs dizaines de familles sont inscrites sur liste d'attente, dans l'espoir qu'une place en consultation se libère. Sont reçus les adultes et les enfants, parfois même en bas âge. Pour ces derniers il peut s'agir de problèmes scolaires, de troubles alimentaires, de lien parents-enfants... «Nos thérapeutes proposent un suivi psychologique et pédagogique», poursuit Mme Gansemer. Les problèmes de couples sont également visés, «mais plus rarement».

L'avantage des associations, dont le cadre est très professionnel avec 17 employés pour la seule asbl AFP-Solidarité-Famille, c'est aussi le prix. Les patients consultent gratuitement quand ils gagnent jusqu'à deux fois et demie le salaire minimum. Au delà, le tarif horaire de la consultation est de toute façon plafonné. Les asbl sont agréés et conventionnées. Si le siège principal se trouve Boulevard de la Grande-Duchesse Charlotte à Luxembourg-Ville, des antennes décentralisées se trouvent donc à Ettelbruck mais aussi à Remich. Et l'ensemble ne cesse de se développer.

(L'essentiel/Nicolas Chauty)

Ton opinion