Obama dans les starting blocks
Publié

Obama dans les starting blocks

Au milieu des stars, le président a promis de prendre à bras le corps les grands dossiers qui vont marquer le début de sa présidence. Et ça dès mercredi matin.

Celui qui sera investi mardi 44e président américain, savourait dimanche le début des festivités menant à son investiture, avant d'entamer son mandat au cœur de l'une des pires crises économiques de l'histoire des États-Unis. Des centaines de milliers de personnes, Américains mais aussi touristes étrangers, ont envahi les rues de Washington pour participer à l'événement.

«Historique!», est spontanément le mot revenant sur toutes les lèvres. «Je pourrai dire à mes enfants que j'étais là», s'enthousiasme George Reinalds, venu spécialement de Detroit. «Obama va redonner au pays le rang qu'il avait auparavant», dit-il, tout en marchant vers le Lincoln Memorial, où le futur président se mêlait dans l'après-midi aux têtes d'affiche d'un concert: Bono, Bruce Springsteen, Jon Bon Jovi, Mary J. Blige, Beyoncé et Shakira. Des acteurs, dont Denzel Washington et Tom Hanks, ont lu des textes historiques sur la scène.

«Ce qui me donne l'espoir par dessus tout, ce ne sont pas les pierres et le marbre qui nous entourent, mais ce qu'il y a entre. C'est vous, Américains de toutes les races, venus de partout, de toutes conditions, vous qui êtes venus ici parce que vous croyez en ce que ce pays peut être», a souligné le futur président en prenant la parole à la fin du concert gratuit.

Crise économique

Mais dès que les lumières des derniers bals s'éteindront mardi soir, la capitale américaine redeviendra plus studieuse avec une nouvelle administration qui a promis de se mettre immédiatement au travail. «En premier lieu, il (Barack Obama) va rencontrer son équipe de conseillers économiques pour voir où nous en sommes pour le plan de relance et de réinvestissement», lors de son premier jour de travail à la Maison Blanche, a indiqué le futur porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs sur la chaîne de télévision Fox.

Concernant le plan de relance économique, qui selon un projet de loi élaboré par les démocrates du Congrès en conjonction avec l'équipe de M. Obama devrait coûter 825 milliards de dollars en baisses d'impôts et en investissements, M. Gibbs a rappelé qu'il faudrait agir «le plus vite possible».

De son côté, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui doit mener les parlementaires à un vote sur le plan de relance avant la mi-février, a estimé sur Fox que sa majorité aurait «les voix des républicains» pour faire adopter le plan.

Guantanamo

Parallèlement, M. Gibbs a confirmé que le futur président allait faire une annonce sur la fermeture du camp de Guantanamo, où des centaines d'hommes arrêtés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme y ont été détenus depuis 2002. «L'important est que le message passe dans le monde que Guantanamo va fermer», a dit Mme Pelosi dimanche.

Irak

En outre, dès mercredi matin, M. Obama traitera une autre urgence en réunissant ses conseillers militaires: les deux guerres en Irak et en Afghanistan. M. Gibbs a souligné que le but des discussions sur l'Irak était de respecter la promesse de campagne de «retirer les troupes, les troupes de combat, de façon responsable et sûre, sur les 16 prochains mois».

Par ailleurs, le nouveau président devrait se prononcer rapidement sur l'interminable conflit du Moyen-Orient. «Les événements mondiaux exigent qu'il agisse rapidement et je pense que vous allez le voir agir rapidement», a déclaré dimanche sur la chaîne ABC le futur principal conseiller du président à la Maison Blanche, David Axelrod. «Chacun de nous espère que l'arrêt des violences va durer», a ajouté M. Axelrod en parlant du cessez-le-feu qui vient d'entrer en vigueur dans la bande de Gaza.

Selon un sondage du Washington Post, 61% des Américains se disaient confiants à la veille de l'entrée en fonctions de M. Obama. Le futur président a entamé la journée de dimanche par une minute de silence à la tombe du soldat inconnu au cimetière d'Arlington. il s'est ensuite rendu en famille dans une église baptiste de Washington.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion