Jeux olympiques d'hiver – Obama envoie une militante gay à Sotchi

Publié

Jeux olympiques d'hiverObama envoie une militante gay à Sotchi

Le président américain a annoncé que Billie Jean King, militante de la cause homosexuelle, ferait partie de la délégation américaine aux Jeux olympiques de Sotchi en Russie, pays critiqué pour une loi limitant les droits des homosexuels.

L'ancienne joueuse de tennis Billie Jean King, le 6 novembre dernier, à l'occasion d'une cérémonie pour son 70e anniversaire.

L'ancienne joueuse de tennis Billie Jean King, le 6 novembre dernier, à l'occasion d'une cérémonie pour son 70e anniversaire.

AFP

Billie Jean King, ancienne championne de tennis ouvertement lesbienne et combattante de longue date pour l'égalité de traitement entre homosexuels et hétérosexuels, figurera dans la délégation qui assistera à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver, le 7 février, a précisé la Maison-Blanche dans un communiqué.

L'ancienne secrétaire à la Sécurité intérieure de M. Obama, Janet Napolitano, dirigera ce groupe, qui comptera aussi l'ambassadeur des États-Unis à Moscou, Michael McFaul, le proche conseiller de M. Obama, Rob Nabors, et l'ancien champion de patinage artistique Brian Boitano. Pour la cérémonie de clôture, le 23 février, la Maison-Blanche a annoncé une délégation dirigée par le numéro deux du département d’État, William Burns qui comptera notamment l'ancien patineur de vitesse multimédaillé Eric Heiden, ainsi que la hockeyeuse Caitlin Cahow, qui a participé aux deux derniers Jeux olympiques et revendique aussi publiquement son homosexualité.

«Voir des homosexuels ramener des médailles»

Aucun membre du cabinet ministériel de M. Obama en exercice ne fera le déplacement, alors que lors de la précédente édition des Jeux olympiques d'hiver, à Vancouver (Canada) en 2010, le vice-président Joe Biden avait été dépêché sur place. Une récente loi russe sanctionnant d'amendes et de prison la «propagande homosexuelle» devant mineurs a suscité de vives critiques de sportifs et de responsables politiques, certains appelant à boycotter ces Jeux. M. Obama, lors d'une conférence de presse le 9 août dernier, avait estimé que boycotter Sotchi n'était pas la solution, mais affirmé que «personne n'est plus choqué que moi par certaines lois antihomosexuelles en Russie».

«L'une des choses pour lesquelles j'ai hâte, c'est de voir, peut-être, certains homosexuels ou lesbiennes rapporter des médailles d'or, d'argent ou de bronze, ce qui ferait à mon avis beaucoup pour rejeter le genre d'attitudes auxquelles nous assistons», avait ajouté le président américain.

(L'essentiel Online/AFP)

Pas de boycotts mais des absences:

La Maison blanche a déclaré que, pour des raisons d'agenda, le président Barack Obama ne pourrait se rendre à Sotchi, qui accueillera les JO du 7 au 23 février. Son homologue français François Hollande ne se rendra pas non plus aux Jeux d'hiver, sans que la France ne précise pourquoi. Il en est de même pour le président allemand Joachim Gauck. Ont également annoncé leur absence: la Commissaire européenne Viviane Reding, et le ministre des Sports du Grand-Duché Romain Schneider.

La délégation américaine sera en outre emmenée par une personnalité de moindre envergure que lors des Jeux précédents puisqu'elle sera conduite par l'ancienne secrétaire à la Sécurité intérieure Janet Napolitano, désormais présidente de l'université de Californie. En 2012 à Londres, la délégation était présidée par la First Lady, Michelle Obama, tandis que deux ans plus tôt, à Vancouver, ce rôle était revenu au vice-président Joe Biden.

Outre la question de l'homosexualité, les États-Unis sont mécontents de l'asile accordé par la Russie à Edward Snowden, l'ancien consultant de la NSA à l'origine des révélations sur l'espionnage américain à travers le monde.

Ton opinion