«Airborne 44» – Omaha Beach: de la douceur à la fureur

Publié

«Airborne 44»Omaha Beach: de la douceur à la fureur

Gros succès, «Airborne 44» revient sous la forme d'un nouveau diptyque axé sur le débarquement.

«Aborder l'histoire, c'est lui rendre vie, ce qui permet de comprendre le monde. Le temps présent n'offre pas de perspective puisque nous sommes dedans. Regarder en arrière, c'est prendre du recul». Après la bataille des Ardennes dans le premier diptyque d'«Airborne 44», Philippe Jarbinet rempile avec une nouvelle histoire en deux tomes sur la Seconde Guerre mondiale.

«J'ai toujours voulu raconter une histoire sur le débarquement allié de juin 44 et la bataille des Ardennes de décembre 44. Par pragmatisme, j'ai d'abord opté pour cette dernière que je connaissais mieux», explique l'auteur, enraciné au Luxembourg belge. Son nouveau récit, «Omaha Beach», commence en 1938 par la rencontre entre Gavin, dont la mère est normande et le père américain, et Johanne, une jeune et jolie Française. C'est le temps de l'insouciance, d'un amour de vacances, du premier passage à l'acte.

Six ans plus tard, Gavin revient en France sous l'uniforme d'un soldat de la 29e division. Il pose le pied à Omaha Beach. Finies, l'insouciance et les vacances, la guerre a fait ses ravages et défiguré les paysages. Mais Gavin, qui n'a plus de nouvelles de Johanne, continue à la chercher.
«La guerre, c'est la destruction physique pure et simple. C'est une solution basique et bestiale, mais efficace. La seule valeur qui apporte un peu d'humanité dans cette noirceur, c'est l'amour, quelle que soit la forme qu'il prenne. Dans «Airborne 44», il y a l'amour entre un garçon et une fille, entre un père et sa fille. Il y a également l'amitié entre deux filles, entre deux soldats».

Dans le tome 1, Philippe Jarbinet, avec un souci perfectionniste du moindre détail, dessine le débarquement. «Tout dessinateur a la responsabilité morale de fournir au lecteur le support à l'imagination qui lui est dû». Il s'est imprégné de ses lectures, de ses rencontres, de ces lieux parcourus en long et en large, pour mieux faire revivre cette époque incroyable. Une BD qui se dévore!

Denis Berche

«Airborne 44 T. 3/4 - Omaha Beach». Philippe Jarbinet.

Casterman.

Ton opinion