Inondations – «On a dû évacuer 45 vaches sur des remorques»

Publié

Inondations«On a dû évacuer 45 vaches sur des remorques»

LUXEMBOURG - Des exploitants agricoles du nord du pays racontent les conséquences des inondations qui ont frappé le Luxembourg.

Henri Krier

Les images aériennes capturées par la commune de Mersch témoignent de l’ampleur du désastre. L’exploitation totalement submergée de Claude Hilgert, a été l’une des plus durement touchées. «Une semaine après, on est encore un peu sous le choc», raconte l’agriculteur de Moesdorf, d’une voix fatiguée. L’homme qui possède quatre-vingt-dix vaches, dont plus de la moitié sont des laitières, a vu ses étables totalement inondées. «On a dû faire évacuer 45 vaches laitières sur des remorques chez un ami à deux kilomètres pour les traire» ajoute-t-il.

Épaulé par son fils étudiant, il a passé les derniers jours à nettoyer sa ferme et à rapatrier ses bovins. Les deux hommes craignent que l’eau qui a envahi la prairie ait drainé des déchets, des matières ou des objets dangereux pour le bétail. «C’est ici que nos vaches se nourrissent. Il faut être vigilant», assure Pol Hilgert. Les bêtes, perturbées par les récents événements, pourraient produire moins de lait pendant quelques jours.

«Encore trop tôt pour chiffrer les dégâts»

Un peu plus au nord, à Cruchten, Guy Noesen avoue avoir eu plus de chance. La digue de sacs de sable a sauvé ses étables et protégé sa centaine de vaches. En revanche, le matériel électrique de maintenance entreposé dans son hangar n’a pas survécu. «On se doit de reprendre notre activité malgré tout» lance Guy Noesen. Aucune information relative à la noyade d’animaux n’a pour l’heure été signalée, selon la Centrale paysanne luxembourgeoise. «S’il y en a, le nombre devrait être minime» assure l’organisation.

Selon le Service d’économie rurale du ministère de l’Agriculture, il est encore trop tôt pour estimer les dégâts. Les informations remontent petit à petit jusqu’à l’Administration des services techniques de l’agriculture (ASTA), qui enverra des émissaires sur les lieux touchés. Un certain nombre. «À ce stade, aucune aide spécifique n’a été tranchée. Il faudra d’abord avoir une vue d’ensemble» a précisé Pierre Treinen.

(L'essentiel)

Ton opinion