Ariana DeBose – «On a tous le droit d'être heureux et amoureux»
Publié

Ariana DeBose«On a tous le droit d'être heureux et amoureux»

Star du film«The Prom», l’actrice a pu afficher son orientation sexuelle sans problèmes à l’école, comme à la maison.

Actrice, chanteuse, danseuse, Ariana DeBose a tous les talents. Alors que «The Prom» arrive sur Netflix aujourd’hui, l’Américaine d’origine afro-portoricaine sera dans le remake de «West Side Story» en 2021.

Pour beaucoup, vous êtes la découverte de «The Prom». Qui êtes-vous, Ariana?

J’ai été élevée par une mère célibataire qui m’a toujours encouragée à suivre mes rêves et à bosser dur. J’ai arrêté mes études pour danser et passer des auditions à Broadway. «Moulin Rouge» est le film qui m’a donné envie de devenir artiste. Alors, approcher Nicole Kidman dans «The Prom», c’était génial!

Le film raconte l’histoire d’un couple de filles qui a du mal à se faire admettre par ses copains de classe. Avez-vous connu cela?

Non, j’ai eu la chance de pouvoir afficher mon homosexualité sans que cela ne pose le moindre problème à l’école ni dans ma famille. Le plus dur est souvent la peur de la réaction des parents. J’aurais adoré qu’un tel film existe dans mon enfance. Cela change la perception des choses pour les ados de se reconnaître dans une fiction.

Est-ce important pour vous de revendiquer vos origines comme votre orientation sexuelle?

Absolument. On a tous le droit d’être heureux et amoureux. J’ai l’avantage de vivre dans une communauté d’artistes où l’on accepte cela. Comme le montre «The Prom», ce n’est pas encore le cas dans certaines régions d’Amérique, et dans beaucoup de pays non plus. Accepter la différence des autres ne signifie pas remettre en question ses propres orientations.

Vous reprenez le rôle de Rita Moreno qui était Anita dans le film original de «West Side Story». Avez-vous peur de la comparaison?

Non, car le film a plus de 40 ans. Je suis heureuse d’apporter cette histoire forte à une nouvelle génération. Je suis une Afro-Latina, même si on m’a toujours prise pour une Noire américaine étant donné ma couleur de peau. Je viens d’une famille de Puerto Rico, donc l’histoire de «West Side Story» est chère à mon cœur. Aujourd’hui encore, il y a des tensions raciales et des problèmes d’injustice. J’aime participer à des comédies musicales qui aident aussi à déclencher des conversations sur l’homophobie ou le racisme. Les chansons aident à ouvrir les esprits.

(L'essentiel/Henry Arnaud, Los Angeles)

Ton opinion