Vigilance à Bruxelles – «On ne s'attendait pas à ce qui s'est passé mardi»

Publié

Vigilance à Bruxelles«On ne s'attendait pas à ce qui s'est passé mardi»

Les opérations de police «se poursuivent» à Bruxelles, a déclaré mercredi le Premier ministre Charles Michel, au lendemain d'une spectaculaire intervention antiterroriste.

AFP

Le parquet fédéral belge s'exprimera ce mercredi matin, à 10h30 à Bruxelles, au lendemain d'une spectaculaire opération de police belgo-française liée aux attentats de Paris de novembre, dans laquelle un suspect armé d'une Kalachnikov a été tué. Les opérations de police «se poursuivent», a déclaré mercredi matin le Premier ministre belge Charles Michel,

Interrogé sur le point de savoir si deux hommes étaient en fuite, comme le rapportent des médias belges, M. Michel a répondu: «Le parquet s'exprimera». «Des opérations de police se sont poursuivies tout au au long de la nuit», a ajouté le Premier ministre, en insistant sur «la mobilisation maximale des policiers et des magistrats». Charles Michel a appelé «la population à rester calme».

«Ça aurait pu être un drame»

Un conseil national de sécurité, qui réunit les principaux ministres et responsables des services de sécurité belges, est également attendu dans la journée. L'identification du suspect tué «est en cours», avait indiqué tard mardi le parquet fédéral, précisant toutefois qu'il ne s'agissait pas de Salah Abdeslam. Trois policiers belges et une collègue française ont été légèrement blessés au cours de leur intervention, ont précisé les autorités.

«On ne s'attendait pas à ce qui s'est passé mardi», a expliqué le ministre belge de la Justice, Koen Geens. «Nous constatons que nous avons eu beaucoup de chance. Quatre de nos agents ont été blessés légers, ça aurait pu être un drame», a ajouté le Premier ministre belge Charles Michel.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion