Au Luxembourg – «On pense plus au Covid qu'à la rentrée»

Publié

Au Luxembourg«On pense plus au Covid qu'à la rentrée»

ESCH/BELVAL - Moins nombreux et avec des mesures sanitaires, les étudiants ont pu découvrir le campus de l’Uni, vendredi. Un «Welcome day» maintenu mais marqué par le virus.

Organisé chaque année par l'Université du Luxembourg, le «Welcome Day» permet aux étudiants et professeurs de se rencontrer, de poser toutes les questions relatives aux cours, logement ou autres infos pratiques et de découvrir leur nouveau campus avant la rentrée. Venus en masse, c'est pourtant sous format «Covid» que les élèves ont découvert leur future université.

«900 personnes se sont inscrites cette année, contre 2000 les années précédentes» déclare Solange Wirtz, organisatrice de l'événement, qui a tenu à ce que le «Welcome Day» ait lieu malgré le virus. «C'est un jour important pour les étudiants, il s'agit d'une première prise de repères, un premier échange. Ils commencent leur année dans des circonstances pas très gaies, ils ne savent pas comment leur année va se dérouler, donc on a fait de notre mieux pour qu'ils passent une belle première journée».

«C'est un peu difficile de faire connaissance aujourd'hui»

Aux quatre coins du campus, des panneaux de prévention, du gel désinfectant et agents de sécurité afin de contrôler le respect des distances de sécurité annoncent la couleur. Beaucoup d'activités de groupe ont été supprimées. Et aucune visite guidée cette fois. Des mesures strictes, mais nécessaires pour Solange: «C'était très difficile à planifier, mais nous sommes satisfaits du résultat. Les échos des élèves sont positifs, et ils ont tous respecté le port du masque, c'est encourageant».

Côté élèves, justement, après une longue pause, les avis quant à la rentrée sont partagés: «C'est différent cette année» explique Deborah, 19 ans, inscrite à la faculté de Sciences de l'Éducation. «Je me sens un peu perdue avec toutes ces nouvelles règles. On ne sait pas encore exactement où l'on doit aller... Mais c'est une première donc je pense que c'est normal» se rassure la résidente de Diekirch, qui n'a pas pu déjeuner avec son amie Carolina, inscrite en droit, en raison d'un système de bracelets de couleurs différentes pour éviter les rassemblements au restaurant. «C'est un peu difficile de faire connaissance aujourd'hui, notamment à cause des masques» poursuit Carolina.

Cyril, 18 ans, inscrit en Histoire, rejoint les deux Luxembourgeoises: «On pense plus au Covid qu'à la rentrée, chose qui ne devrait pas arriver lorsqu'on intègre une nouvelle école». Après avoir essayé l'enseignement hybride pendant le confinement, où l'on alternait cours virtuels et cours physiques, le jeune homme se sent prêt à adopter la méthode: «On ne peut pas dire que c'est une mauvaise idée, il faut voir l'évolution de l'épidémie».

(L'essentiel/Sara Lima)

Ton opinion