Google au Luxembourg – On peut s'opposer aux images de Street View
Publié

Google au LuxembourgOn peut s'opposer aux images de Street View

LUXEMBOURG - Cinq années de bataille ont été nécessaires pour permettre à Google de diffuser le service Street View au Luxembourg.

Il aura fallu cinq ans à Google pour pourvoir diffuser son service Street View au Luxembourg. «Ça a effectivement été long, mais nous avons fini par trouver une solution satisfaisante, les différents points de conflit ont été levés», a indiqué Gérard Lommel, le président de la Commission nationale pour la protection des données (CNPD), auprès de L’essentiel.

Après avoir pris ses photos, en 2009, Google a demandé à les diffuser sur Internet. Mais les autorités luxembourgeoises se sont montrées réticentes, car l’utilisation du service «allait à l’encontre de l’article 30 de la loi de 2002 sur la protection des données», garantissant un droit d’opposition. Le texte prévoyait le droit pour chaque citoyen de ne pas voir sa photo, ou celle de son lieu d’habitation, diffusé publiquement. Or, Google voulait publier les images des maisons et immeubles sans possibilité de les faire retirer de son site.

Un dispositif de floutage

Le système de captation de Google posait aussi problème. En 2010, les autorités de protection des données de différents pays se sont rendu compte que Google, «en plus des photos, enregistrait aussi des données personnelles (adresses mail et mots de passe) via les réseaux wi-fi», reprend Gérard Lommel. La firme a été condamnée pour cela dans certains pays, et avait reçu un avertissement et une mise en demeure de la part du Luxembourg.

Puis en 2012, une autorité administrative suisse avait imposé à Google d’améliorer son système de floutage des visages et des plaques d’immatriculation, jusqu’à présent réalisé de manière automatique donc d’une fiabilité discutable. Les autres pays européens, dont le Grand-Duché, avaient alors exigé les mêmes garanties que les autorités helvétiques. Pendant cette période, «l’inaction de Google» sur la question du droit d’opposition, selon les mots de Gérard Lommel, avait «conduit à geler les discussions entre les deux parties». Elles ont pu reprendre «au printemps dernier», lorsque la firme de Mountain View a accepté de prévoir un dispositif de floutage.

De nouvelles photos en 2015

«Les utilisateurs peuvent exiger que leur façade, leur porte d’entrée ou encore leur jardin ne soit pas visible depuis Street View». Pour cela, il leur suffit de remplir un formulaire depuis Street View ou d’en faire la demande à la CNPD depuis le site Internet ou par courrier. L’accord avec Google prévoit aussi que «les prises de vue soient annoncées publiquement à l’avance, afin que les personnes puissent ne pas figurer sur les photos».

À noter que le géant du web devra refaire sa banque d’image, qui date pour l’essentiel de 2009 au Luxembourg. «Les voitures de Google ont prévu de revenir dans le pays au printemps ou au début de l’été 2015».

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion