Présidentielle française – «On va y arriver, ce coup-là», assure Mélenchon

Publié

Présidentielle française«On va y arriver, ce coup-là», assure Mélenchon

Candidat pour la 3e fois à la magistrature suprême en France, le leader de la gauche radicale veut y croire face à Emmanuel Macron ou Marine Le Pen.

À cinq mois de la présidentielle, le parti de Jean-Luc Mélenchon représente encore la première force de gauche.

À cinq mois de la présidentielle, le parti de Jean-Luc Mélenchon représente encore la première force de gauche.

AFP

«On va y arriver, ce coup-là», assure malgré des sondages peu encourageants le leader de la gauche radicale française Jean-Luc Mélenchon, en dédicaçant son programme présidentiel à des dizaines de partisans venus le rencontrer dans une librairie parisienne.

Longue carrière politique

Chaleureux, attentif avec ses supporters, le chef de la France insoumise (LFI) sait aussi se montrer ronchon avec les journalistes venus assister à la séance de signature de l’Avenir en commun (AEC), le programme du mouvement.

À 70 ans, le tribun aux cheveux désormais totalement argentés vise pour la 3e fois la magistrature suprême, qui constituerait le couronnement d’une carrière politique de 40 ans, entamée à l’extrême gauche trotskiste, poursuivie pendant trois décennies au Parti socialiste, quitté en 2008 pour devenir le leader de la gauche radicale.Son programme de 84 mesures clés et quelque 700 propositions, vendu 3 euros, reprend les fondamentaux déjà déclinés lors de la campagne électorale de 2017: création d’une VIe République plus parlementaire et ouverte au référendum d’«initiative citoyenne», retraite à 60 ans, taxation des hauts salaires, hausse du salaire minimum…

«Macron a été le président des riches et du saccage social», assénait M. Mélenchon dans une récente interview au quotidien 20 minutes, en promettant «la rupture avec le système néolibéral».

Mais son credo programmatique s’est aussi enrichi sur des thématiques comme l’égalité hommes-femmes ou la «planification écologique» (200 milliards d’investissements). Vigoureux défenseur de la Russie de Poutine et de la Chine nationaliste, il a nuancé son programme sur la question européenne. «Je ne suis pas un frexiter», assurait-il dans la même interview, «mais je ne vais pas pour autant avaler tout le catéchisme eurobéat».

Première force de gauche

À cinq mois de la présidentielle, son mouvement représente encore la première force de gauche, crédité de 8 à 10 % des voix selon les sondages, devant ses rivaux écologiste, socialiste et communiste. Mais celui qui est parfois décrit comme un «populiste de gauche» est bien loin des presque 20% obtenus au premier tour de l’élection de 2017. Un score inespéré et inattendu, qui, à son grand dam, ne lui avait pourtant pas permis de se qualifier au second tour – Mélenchon était arrivé en quatrième position, derrière Emmanuel Macron, la cheffe de l’extrême droite Marine Le Pen et le candidat de la droite François Fillon.

«Le score de 2017 ne correspond pas à un mouvement de fond ni à son influence réelle», estime le politologue Philippe Raynaud, qui juge que le leader de la gauche radicale s’est «auto-intoxiqué» avec ce résultat. LFI a enregistré de sérieux échecs aux européennes de 2019 et aux municipales de 2020, rappelle-t-il. Avant de souligner l’extrême difficulté, pour une gauche française laminée, de ramener à elle les catégories «populaires», où le vote en faveur de l’extrême droite ou l’abstentionnisme restent importants.

Tribun érudit et clivant

Mélenchon continue néanmoins de séduire, particulièrement chez les jeunes. «Je vous remercie de l’espoir que vous portez», lui lance, ému, un agent hospitalier d’une trentaine d’années, David, venu à la séance de dédicaces. «C’est un homme politique qui porte des convictions humanistes, qui permet d’espérer un monde meilleur. La vraie gauche, elle est là. Son programme est hyper construit, sérieux, chiffré», développe ensuite David à l’AFP. «Mélenchon a une vraie considération pour les gens», estime Clément, un jeune étudiant, qui votera pour la première fois en 2022 à une présidentielle et évoque lui aussi «l’humanisme» de son champion.

Erudit, tonitruant, flirtant régulièrement avec le dérapage – il a été accusé de tenir des propos complotistes – Jean-Luc Mélenchon occupe le terrain médiatique et politique. Fin septembre, il est le seul homme politique à avoir accepté un débat télévisé avec le polémiste d’extrême droite Eric Zemmour, apportant ainsi une crédibilité à celui qui n’est toujours pas candidat à la présidentielle.

Son mouvement est structuré autour de sa personnalité extrêmement forte. «Tout est très personnalisé, il y a une relation directe entre le leader et ses troupes, mais pas forcément de réalité concrète sur le terrain», estime Mathieu Romain, de l’Université de Lorraine. Le chercheur relève d’ailleurs les «similitudes» avec la façon dont fonctionnent le président Emmanuel Macron et son parti En marche, créé pour conquérir l’Elysée mais sans ancrage réel.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion