Football allemand – Opéré à la mauvaise jambe, ce joueur raconte
Publié

Football allemandOpéré à la mauvaise jambe, ce joueur raconte

En 2015, un junior de Karlsruhe s’était fait opérer au mauvais pied. Six ans après, il joue dans une université américaine et revient sur cet épisode tragique.

Ancien junior de Karlsruhe, Jan Engels est tombé au plus bas à cause d’une erreur médicale. Il a toutefois pu se relever et évolue maintenant dans une université américaine. Il peut rêver d’une carrière dans le football.

Ancien junior de Karlsruhe, Jan Engels est tombé au plus bas à cause d’une erreur médicale. Il a toutefois pu se relever et évolue maintenant dans une université américaine. Il peut rêver d’une carrière dans le football.

Pixabay

Cela n’arrive pas que dans les films. Jan Engels était promis à un grand avenir dans le football allemand. À 17 ans, il évoluait avec Karlsruhe. Le club était parvenu à le garder dans son giron, malgré des offres du Borussia Dortmund et du Bayer Leverkusen. À cette époque, il caressait aussi un rêve, celui de participer à la Coupe du monde des moins de 17 ans avec l’équipe nationale allemande.

Tout ne s’est pas passé comme prévu. Jan Engels, touché à un ligament du pied droit, était obligé de subir une opération. Mais au moment de se réveiller, son monde s’est effondré. «Au début, je ne pouvais pas croire ce que je voyais: ma jambe gauche était bandée, des vis et des plaques étaient dans mon pied gauche. À ce moment-là, j’ai vu tout passer devant moi» déclarait-il à «Goal» dans sa première interview à ce sujet.

Le médecin en pleurs

Sous le choc, le jeune joueur n’a d’abord pas pu réagir à la situation. Après avoir repris ses esprits, il a alors expliqué la mésentente au docteur. Le fautif avait identifié un désalignement dans la jambe opérée, ce qui l’avait induit en erreur. En se rendant compte de sa bévue monumentale, le médecin a commencé à pleurer.

Mais le garçon, malgré la gravité de la situation, ne s’est pas montré rancunier: «Tu as fait une super opération, malheureusement, c’était la mauvaise jambe», disait le jeune joueur à son médecin. «À ce moment-là, je ne pouvais même pas pleurer, j’étais juste impuissant et je lui ai juste demandé de retirer les vis de mon pied auparavant en bonne santé. Le même jour, j’ai subi ma deuxième opération sous anesthésie, bien que cela ne se fasse généralement pas», continuait-il.

Le début du calvaire

Après une seconde narcose, et une opération réalisée par le même médecin, commençait la galère et l’impuissance. «Je me souviens encore de la première fois où j’étais en fauteuil roulant et les infirmières s’occupaient de moi quand j’essayais d’aller aux toilettes», expliquait Jan Engels.

Débutait alors la phase de reconstruction. Le jeune espoir remercie d’abord sa famille pour son soutien et explique avoir tout fait pour que l’histoire ne s’ébruite pas dans la presse. Un élément qui a fait tenir Jan Engels a aussi été l’espoir de revenir à temps pour le tournoi international junior, mais cela s’est finalement avéré impossible.

Il a ensuite fallu réapprendre à marcher, à courir, tout cela en voyant ses coéquipiers U17 signer leurs premiers contrats professionnels. Et puis, durant la rééducation, il a fallu composer avec les blessures, qui l’ont suivi jusqu’à la saison actuelle, près de 6 ans plus tard.

Une rencontre salvatrice

Un agent, spécialisé dans le mouvement de jeunes joueurs européens vers des universités américaines, a alors changé sa vie. Après encore quelques galères administratives, il débarque à l’Université du Texas, y effectue un master et se prend à rêver de la draft, qui peut lui ouvrir les portes d’une équipe professionnelle. Il caresse aussi l’idée d’un retour en Europe, même s’il sait ce chemin compliqué.

(L'essentiel/Sport-Center)

Ton opinion