Luxembourg – Pas de frontière pour défendre le consommateur

Publié

LuxembourgPas de frontière pour défendre le consommateur

LUXEMBOURG - Chaque année, le Centre européen des consommateurs traite quelque 3000 demandes, rien qu'au Luxembourg.

Pas besoin de payer une cotisation pour être défendu, le CEC est un service entièrement gratuit.

Pas besoin de payer une cotisation pour être défendu, le CEC est un service entièrement gratuit.

Editpress

À quoi peut bien servir, au Grand-Duché, une Union luxembourgeoise des consommateurs (ULC) et un Centre européen des consommateurs (CEC)? «Nous traitons des dossiers transfrontaliers, avec un consommateur dans un pays et un commerçant dans l'autre», explique Gaëtane Doeblin-Frey, juriste au CEC.

«Les CEC sont représentés dans les 27 pays de l'Union européenne plus l'Islande et la Norvège». Financé à 50% par la Commission, et par l'État et l'ULC pour le reste, le CEC gère 3 000 contacts avec des consommateurs chaque année à Luxembourg, sur un total de 60 000 dans tout le réseau. «Sur ces 3 000 dossiers, il y en a un tiers que nous traitons de A à Z», précise Gaëtane Doeblin-Frey.

«Les sujets sont variés, ça concerne des problèmes de commerce électronique, de location, de voitures...». Quant aux difficultés juridiques, elles sont atténuées par le droit européen. «Le plus compliqué, en fait, est de déterminer quel droit doit être appliqué».

Jérôme Wiss

Le CEC tient une conférence sur la médiation, à 12 h 30, mercredi, Maison de l'Europe.

Ton opinion