Santé au Luxembourg – Pas de masque ni de CovidCheck au lycée

Publié

Santé au LuxembourgPas de masque ni de CovidCheck au lycée

LUXEMBOURG – L’obligation du port du masque sera levée à la rentrée dans le secondaire. Le CovidCheck ne sera pas appliqué, mais des tests seront pratiqués en cas d’infection.

Les règles dans les lycées évoluent quelque peu.

Les règles dans les lycées évoluent quelque peu.

Editpress/Archives / Alain Rischard

Les règles sanitaires vont changer à la rentrée dans les lycées. Comme dans le fondamental, l’obligation du port du masque sera levée dans le secondaire, pour les élèves comme pour les enseignants, a proposé mardi Claude Meisch (DP), ministre de l’Éducation nationale, devant les représentants syndicaux, d’après les informations de L’essentiel. Les nouvelles dispositions seront présentées jeudi par les ministres de l'Éducation nationale et de la Santé, au lendemain du Conseil de gouvernement.

La politique de tests est également allégée. Un seul sera proposé chaque semaine aux élèves au lycée, en plus d’un autre à réaliser à la maison, avec à chaque fois un caractère facultatif, indique une source syndicale. Claude Meisch a indiqué la semaine dernière que la moitié des résidents de plus de 12 ans étaient vaccinés contre le Covid-19.

Pas de quarantaine mais des tests

Le ministre a en revanche exclu d’utiliser le CovidCheck pour entrer au lycée, refusant de rendre les tests obligatoires pour les non-vaccinés. «Le dispositif semble pertinent, mais je peux comprendre le choix du ministre, car cela aurait été compliqué à mettre en place, avec le risque d’exclure plusieurs milliers d’élèves des établissements», glisse un syndicaliste sous couvert d’anonymat.

Les élèves devront tout de même effectuer trois tests par semaine si le scénario 2 d’infection est constaté dans une classe, c’est-à-dire avec plusieurs cas positifs. Dans cette situation, la quarantaine de toute la classe ne sera plus en vigueur, grâce notamment à l’avancée de la vaccination. En revanche, «nous ne savons pas ce qu’il adviendra de ceux qui refuseraient les tests. Cela n’a pas encore été tranché», dit un syndicaliste.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion