Au Luxembourg: «Pas de raison de remettre l'accord signé en question»
Publié

Au Luxembourg«Pas de raison de remettre l'accord signé en question»

LUXEMBOURG – Pour le gouvernement, réunir une nouvelle tripartite n'est pas encore à l'ordre du jour.

Le gouvernement entend s'en tenir à l'accord.

Le gouvernement entend s'en tenir à l'accord.

Editpress

Les syndicats signataires en avaient fait une condition. Le 31 mars dernier, une phrase, aux airs de garantie, concluait l'accord issu de la tripartite énergie. «Au cas où la situation économique et sociale venait à empirer au cours de l'année 2023 ou une tranche indiciaire supplémentaire serait déclenchée en 2023, le gouvernement s'engage à convoquer une nouvelle réunion (...) tripartite», indiquait le texte.

Mais la situation n'a pas attendu 2023 pour «empirer» et le Statec vient d'annoncer prévoir une tranche indiciaire supplémentaire début 2023. Est-il déjà l'heure d'activer la garantie et de réunir les partenaires sociaux pour trouver d'autres solutions?

Peu de certitudes

Pas pour le gouvernement. «Toutes les éventualités sont prévues dans l'accord. Pas de nouvelle tripartite sauf s'il y a une tranche d'indice supplémentaire, ce qui est de la spéculation pour le moment, assurait mercredi le ministère d'État. Nous tenons à l'accord qui a été trouvé et il n'y a pas de raison de le remettre en question». À ce stade, le Statec s'attend à une indexation déclenchée en juin 2022 (mais reportée d'un an par l'accord). Ainsi qu'une nouvelle tranche début 2023 «selon les scénarios d'inflation médians et hauts». Le scénario bas prévoit un déclenchement au troisième trimestre 2023.

Une spéculation? «C'est notre prévision, que l'on juge la plus probable. Mais tant que l'horizon reste lointain, c'est loin d'être sûr», admet Cathy Schmit, économiste au Statec. Les prévisions de mars qui ont servi de base à l'accord ont été dépassées tant pour «les prix pétroliers que pour les autres». S'ils ne figurent pas dans les pistes actuellement envisagées, des scénarios à plusieurs indexations en 2023 ne peuvent être totalement exclus.

(Nicolas Martin)

Ton opinion

10 commentaires