Soulèvement en Egypte – «Patientez, le changement arrive»

Publié

Soulèvement en Egypte«Patientez, le changement arrive»

Les manifestations contre le régime du président Hosni Moubarak se poursuivaient dimanche au Caire. En tête de file, l'opposant Mohamed ElBaradei.

«Moubarak dégage!», scandaient encore des milliers de manifestants dimanche en fin de journée à Midan Tahrir, la place de la Libération, dans le centre du Caire. Au milieu d'eux, entouré par des partisans enthousiastes, se trouvait le prix Nobel de la paix Mohamed ElBaradei. L'Egypte est «au début d'une ère nouvelle», a-t-il lancé par haut- parleur aux protestaires. «Je vous demande de patienter, le changement arrive», a-t-il ajouté, assurant: «Nous sommes sur la bonne voie (...) notre force est dans notre nombre».

La capitale égyptienne vit depuis mardi au rythme d'une contestation jamais vue en 30 ans de pouvoir du président Moubarak. L'armée a bouclé le centre-ville avec des chars d'assaut et des avions de chasse ont même survolé la ville à basse altitude dans l'après-midi. Le ministre de l'Intérieur Habib el-Adli a en outre ordonné le retour de la police dans les rues de toute l'Egypte, après son retrait vendredi, a annoncé en soirée la télévision d'État.

Rejet des nominations par les Frères musulmans

Dans une tentative de calmer les esprits, Hosni Moubarak a procédé samedi à la nomination d'un vice-président, le premier en 29 ans de règne, en la personne du chef des renseignements, Omar Souleimane. Il a également désigné le ministre de l'aviation, Ahmad Chafic, nouveau Premier ministre. Au cours d'une réunion avec les deux hommes dimanche, M. Moubarak a insisté sur «la nécessité de rétablir le calme et la stabilité», selon l'agence Mena. Il a également appelé a «plus de réformes politiques».

Les Frères musulmans, principale force d'opposition dans le pays, ont cependant rejeté ces deux nominations, dénonçant «une tentative pour contourner les revendications du peuple». Peu après, la Coalition nationale pour le changement, qui regroupe plusieurs formations d'opposition, dont les Frères musulmans, a chargé Mohamed ElBaradei de «négocier avec le pouvoir».

Des avions survolent Le Caire à basse altitude

La protestation ne se limite pas au Caire. Samedi, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues d'Alexandrie (nord), de Rafah et d'Ismaïliya. A Mansoura, dans le delta du Nil, 5000 manifestants ont afflué dimanche vers le siège du gouvernorat.

Dans la nuit de samedi à dimanche, des émeutes ont par ailleurs éclaté dans plusieurs prisons. Des milliers de détenus se sont évadés de la prison de Wadi Natroun, à 100 km au nord du Caire, selon les services de sécurité. Des dizaines de corps gisaient sur la chaussée près d'une autre prison de l'est du Caire. Pour endiguer la révolte, le couvre-feu en vigueur dans la capitale et les grandes villes d'Alexandrie et de Suez sera dès lundi prolongé d'une heure, de 15h000 à 08h00, a décidé le président.

Ton opinion