Concert au Luxembourg – Patrice à l'Atelier, et la température a grimpé
Publié

Concert au LuxembourgPatrice à l'Atelier, et la température a grimpé

LUXEMBOURG - L’artiste allemand et ses musiciens ont offert aux fans un set réjouissant et chaleureux, vendredi soir, à l’Atelier.

«Je ne veux pas me limiter à n’être qu’un artiste reggae» nous avait expliqué Patrice, quelques jours avant son retour au Luxembourg. Et il est clair qu’il serait très réducteur de cantonner le natif de Cologne à un seul style musical. Car chez lui, reggae, ska, dub, dancehall, funk ou électro se télescopent. Patrice a même inventé un nom pour qualifier ce genre: la sweggae music.

Casquette noire vissée sur la tête, veste en jean’s et bermuda, l’artiste de 37 ans était déjà réchauffé en arrivant sur la scène de l’Atelier, vendredi. Et les fans n’allaient pas mettre bien longtemps à l’être aussi. Sur l’enlevé «Africanize Dem», le public se mettait à danser, et dès le troisième morceau, «Boxes», il réservait déjà à Patrice Bart-Williams une véritable ovation.

Sur scène, un batteur, un bassiste, deux claviéristes et une choriste épaulaient le musicien allemand, guitare en bandoulière. Des morceaux dub («Change Today», «Clouds») succédaient à des titres plus rythmés («Up in my Room»), et le reggae émouvant de «Every Second» cohabitait avec le classic reggae de «So She Say», une chanson extraite du dernier album, «Life’s Blood». Un disque d’ailleurs mis à l’honneur, et dont l’irrésistible single «Burning Bridges», produit par Diplo, ponctuait, avant un rappel généreux, un set aussi réjouissant que chaleureux.

(Cédric Botzung/L'essentiel)

Ton opinion