En France – Pavlenski aurait violenté trois personnes

Publié

En FrancePavlenski aurait violenté trois personnes

L'artiste russe, qui a diffusé la vidéo intime de Benjamin Griveaux, a été mis en examen mardi, pour «violences aggravées» lors d'une rixe, le soir du Nouvel An, à Paris.

L'artiste russe Piotr Pavlenski est déjà poursuivi dans l'affaire des vidéos intimes de Benjamin Griveaux.

L'artiste russe Piotr Pavlenski est déjà poursuivi dans l'affaire des vidéos intimes de Benjamin Griveaux.

L'activiste russe Piotr Pavlenski, tombeur de l'ancien candidat macroniste à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, a été inculpé mardi pour «violences aggravées» dans une autre affaire et laissé libre sous contrôle judiciaire, a annoncé son avocat.

«Le magistrat instructeur a décidé de placer Piotr Pavlenski sous contrôle judiciaire en ne suivant pas les réquisitions du ministère public qui demandait un placement en détention», s'est félicité Me Yassine Bouzrou, au côté de Piotr Pavlenski, à l'issue de l'audition de celui-ci au tribunal de Paris.

Une source judiciaire a confirmé à l'AFP la mise en examen (inculpation) de Piotr Pavlenski, ainsi que le placement sous contrôle judiciaire.

«Je reste libre, c'est bonne nouvelle», s'est félicité Piotr Pavlenski. Il a toutefois dit «refuser» toute obligation de soins psychiatriques. Le Russe est déjà inculpé dans une affaire retentissante qui a provoqué la chute de l'ancien candidat à la mairie de Paris.

Ancien porte-parole du gouvernement et un proche du président français, Benjamin Griveaux a renoncé à sa candidature, le 14 février, après la diffusion sur un site fondé par Piotr Pavlenski de vidéos à caractère sexuel qu'il avait envoyées en 2018 à une jeune femme.

Cette dernière, Alexandra de Taddeo, est l'actuelle compagne de l'activiste russe et a également été inculpée dans cette affaire.

Piotr Pavlenski avait été condamné début 2019 à un an de prison mais aussi à une interdiction de détenir une arme pendant cinq ans pour avoir incendié la façade d'une succursale de la Banque de France, à Paris.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion