Politique en Espagne – Pedro Sanchez veut aller au bout de la législature
Publié

Politique en EspagnePedro Sanchez veut aller au bout de la législature

Malgré les difficultés politiques liées à l'absence de majorité, le Premier ministre espagnol a indiqué qu'il ne comptait pas quitter son poste avant 2020.

Pedro Sanchez a du mal à faire voter son budget.

Pedro Sanchez a du mal à faire voter son budget.

AFP/Aris Oikonomou

Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, dont le gouvernement minoritaire ne parvient pas à faire voter son budget depuis son arrivée au pouvoir en juin, a assuré dans une interview diffusée dimanche qu'il avait l'intention de rester à son poste jusqu'à la fin de la législature en 2020. Des élections municipales, régionales et européennes sont prévues en Espagne le 26 mai 2019 et l'hypothèse a été émise que M. Sanchez décide de convoquer le même jour des élections législatives anticipées, avant le terme prévu de la législature en 2020, notamment s'il n'arrive pas à faire adopter son budget.

«De toute évidence, le budget est très important pour tout gouvernement. Je veux lutter pour qu'il soit adopté au cours du premier trimestre de l'année», a-t-il déclaré au journal catalan La Vanguardia. «Quand des élections sont convoquées, ce n'est pas dans l’intérêt du parti, mais dans l'intérêt du public. Mon objectif est de voir la fin du mandat» du Parlement, a-t-il ajouté.

Fin novembre, M. Sanchez avait annoncé qu'il convoquerait des élections anticipées s'il n'arrivait pas à faire adopter le budget 2019. Mais la semaine dernière, M. Sanchez et le chef du gouvernement régional séparatiste catalan, Quim Torra, ont affirmé leur volonté de reprendre le dialogue en vue de trouver une solution à la crise relative au statut de la Catalogne, laissant ainsi espérer que les indépendantistes catalans pourraient apporter leur soutien au projet de budget 2019. Avec seulement 84 députés socialistes dans un Parlement qui compte 350 sièges, le gouvernement de M. Sanchez compte sur les indépendantistes catalans pour faire voter ses lois.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion