En Chine: Pékin annonce des exercices militaires en mer, «la zone est interdite»
Publié

En ChinePékin annonce des exercices militaires en mer, «la zone est interdite»

Les autorités chinoises ont prévu, samedi, des exercices à proximité immédiate des côtes.

Le navire Haiwangxing de la marine de l’Armée populaire de libération de la Chine.

Le navire Haiwangxing de la marine de l’Armée populaire de libération de la Chine.

AFP

La Chine organisera, samedi, des exercices navals en mer de Chine méridionale, a déclaré son autorité maritime, après une semaine d’accusations de la part des États-Unis et leurs alliés concernant ses ambitions militaires en Asie-Pacifique. Les manœuvres auront lieu à proximité immédiate des côtes chinoises, dans un petit espace maritime situé loin des zones disputées avec le Vietnam et les Philippines.

«Des exercices militaires auront lieu et la zone est interdite», a indiqué jeudi l’administration de la Sécurité maritime, en publiant les coordonnées de la zone en question. Cette zone est située à environ 25 kilomètres au sud de l’île de Hainan (sud) et mesure environ 100 kilomètres carrés. La Chine organise régulièrement des exercices navals, souvent à proximité de ses côtes. Des manœuvres dans une autre zone maritime, également près de Hainan, sont ainsi prévues la semaine prochaine.

Washington aux aguets

Les États-Unis, qui considèrent la Chine comme un rival stratégique, mettent régulièrement en garde contre la présence militaire et économique croissante de Pékin dans une zone qui s’étend de la mer de Chine méridionale aux îles du Pacifique. Cette présence serait, selon eux, une stratégie pour modifier l’équilibre des forces dans la région. «Pékin s’est engagé dans une rhétorique et des activités de plus en plus provocatrices, comme le fait de faire voler des avions (…) près de Taïwan» presque quotidiennement, a déclaré jeudi le secrétaire d’État américain Antony Blinken. Il faisait référence au passage d’avions militaires dans la zone d’identification de défense aérienne («Adiz», selon son acronyme en anglais) de l’île -- dans des endroits généralement éloignés d’au moins 150 km des côtes taïwanaises.

Antony Blinken a également appelé jeudi à contrecarrer «l’intention de la Chine de remodeler l’ordre international». Les commentaires de M. Blinken font suite à la promesse du président américain Joe Biden cette semaine de défendre Taïwan en cas d’attaque de l’île par Pékin. En réponse, la diplomatie chinoise avait appelé les États-Unis à ne pas «sous-estimer» la «détermination» chinoise à défendre sa souveraineté.

La Chine entreprenante

La Chine vient par ailleurs de lancer une vaste initiative visant à étendre la coopération en matière de sécurité et de libre-échange avec les pays du Pacifique Sud, déjà décriée par l’Australie, alliée des États-Unis. Cet accord «n’est imposé à personne, il ne vise aucune tierce partie, il n’y a aucune intention du tout d’établir une base militaire», a rétorqué le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire