Cyclisme – «Pendant cinq minutes, je me suis senti abandonné…»

Publié

Cyclisme«Pendant cinq minutes, je me suis senti abandonné…»

Le Belge Remco Evenepoel, qui a lourdement chuté au Tour de Lombardie, est revenu sur son accident. Et confie avoir voulu recourir dès le Giro.

Le 15 août dernier, Remco Evenepoel avait chuté dans un ravin lors de la descente du Mur de Sormano, à 40 kilomètres de l’arrivée du Tour de Lombardie.

Le 15 août dernier, Remco Evenepoel avait chuté dans un ravin lors de la descente du Mur de Sormano, à 40 kilomètres de l’arrivée du Tour de Lombardie.

AFP

Près d’un mois après sa terrible chute au Tour de Lombardie, Remco Evenepoel, 20 ans, s’est exprimé sur l’accident dans une interview au quotidien belge Laatste Nieuws et à la télévision TVM. Alors qu’il faisait partie d’un groupe de sept coureurs échappés, le favori belge de l’épreuve avait basculé dans le vide par-dessus le parapet d’un pont dans la descente du Mur de Sormano. Il s’en était miraculeusement sorti avec une fracture du bassin.

«Ma première réaction a été d’essayer de m’accrocher au mur. C’est pourquoi je me suis blessé aux mains. J’ai aussi regardé en bas pour voir la profondeur du ravin. J’avais l’impression d’un trou noir, avec l’ombre… Je suis tombé sur les pieds».

Le coureur de Deceuninck-Quick Step a aussi précisé que juste après sa chute, il «ne pouvait plus respirer». De longues minutes d’angoisses ont suivi: «J’ai appelé à l’aide. Mais ma voix ne portait pas assez. Personne ne m’a entendu: pendant cinq minutes, je me suis senti abandonné… Avant que les secours n’arrivent». Le jeune belge a rassuré sur son état de santé et aurait bien voulu reprendre sa saison.

«Je suis impressionné par Pogacar»

«Ma première réaction a été de demander si je pourrais courir le Giro (qui commence début octobre). Le médecin m’a répondu: «Non, mon petit». J’ai alors demandé si c’était possible pour la Vuelta (dont le départ aura lieu le 20 octobre). Il m’a fait comprendre que je devais plutôt me tourner vers la saison prochaine. C’est comme ça. Je sais que j’ai eu beaucoup de chance dans ma chute».

En attendant son retour, Remco Evenepoel profite de son arrêt pour regarder le Tour de France et parler de son probable futur meilleur ennemi, le Slovène Tadej Pogacar. «Je suis impressionné par Pogacar. L’année dernière, il faisait déjà des performances incroyables. Le seul inconvénient, c’est qu’il n’a pas de coéquipier sur ce Tour. Et, s’il veut gagner, il ne devra pas prendre le maillot jaune trop vite».

(L'essentiel)

Ton opinion