Enquête – Perquisitions à Semécourt

Publié

EnquêtePerquisitions à Semécourt

SEMÉCOURT - Le groupe de transport Norbert Dentressangle a subi mercredi des perquisitions dans quatre sites, dont celui de Semécourt en Moselle dans le cadre d'une enquête liée à du travail dissimulé.

«Quatre sites de transport de Norbert Dentressangle (...) font l'objet de contrôles ce jour», a déclaré un porte-parole de la direction, après qu'un syndicaliste CFTC eut évoqué l'opération, liée selon lui au «travail illégal». Selon le porte-parole de Norbert Dentressangle, les «contrôles portent sur les conditions de recours auprès de sous-traitants européens». Les opérations concernent les sites de Sevrey (Saône et Loire), de Chambéry (Savoie), Saint-Rambert-d'Albon (Drôme) et Semécourt (Moselle).

«Les équipes sur place m'ont appelé pour me dire qu'il y avait des perquisitions depuis six heures ce matin dans quatre sites», a indiqué Pascal Goument, responsable CFTC, confirmant une information du site spécialisé flash-transport.com. Selon lui, une quarantaine de personnes appartenant à différentes brigades sont intervenues sur chaque site.

Salariés low-cost venus de Pologne et de Roumanie

«On pense que c'est lié à l'activité des salariés des pays low-cost, en particulier la Pologne et la Roumanie, puisque c'est l'endroit où ces conducteurs prennent leur service», a-t-il expliqué. La CFTC, a-t-il ajouté, a «plusieurs fois dénoncé et même écrit au président de la République pour dénoncer ce qui se passait, puisque on a vécu des plans sociaux massifs dans notre groupe de conducteurs français», au profit de cette main-d'œuvre low-cost, «payée moins cher».

Le groupe Norbert Dentressangle compte 33 000 salariés dans le monde, dont 15 000 en France.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion