Témoignages au Luxembourg – «Peu d'occasions de parler luxembourgeois»

Publié

Témoignages au Luxembourg«Peu d'occasions de parler luxembourgeois»

LUXEMBOURG - De plus en plus d'étrangers apprennent le luxembourgeois. «L'essentiel» a rencontré trois d'entre eux au Café des langues, à Luxembourg-Ville.

On peut parler plusieurs langues au Café des langues, dont le luxembourgeois.

On peut parler plusieurs langues au Café des langues, dont le luxembourgeois.

L'essentiel

Apprendre le luxembourgeois est une chose, le parler en est une autre. «Je manque de pratique», raconte Edgar à L'essentiel, à la table luxembourgeoise du «Café des langues», du restaurant In Vivo, dans la capitale. Sa famille est arrivée au Luxembourg quand il avait deux ans. Edgar a fait sa scolarité à l’École européenne et n'a jamais vraiment appris le luxembourgeois. Maintenant âgé de 33 ans, il possède les nationalités française, espagnole et britannique et parle parfaitement les langues de ces trois pays. Mais il tient absolument à apprendre le luxembourgeois.

C'est pour cela que cet employé de banque suit depuis un an et demi les cours de luxembourgeois organisés par la Ville de Luxembourg. «J'apprends la langue pendant les cours, mais tenir une vraie discussion en luxembourgeois reste difficile. J'ai peu d'occasions pour le pratiquer». Il n'a aussi que très peu d'amis luxembourgeois et au travail il n'utilise que l'anglais ou le français. «Quand j'aurai des enfants, ils devront apprendre le luxembourgeois tout de suite. C'est beaucoup plus difficile quand on est adulte».

«Je devrais parler la langue»

Autre participant à la table de conversation, Jérémie travaille dans le secteur de la sécurité. Il en est également à sa deuxième année de cours. «Je suis maintenant au niveau A2», explique-t-il fièrement. «Ça m'aide dans ma vie privée comme dans ma vie professionnelle». Jérémie habite à Thionville et vient tous les jours au Grand-Duché. «Mais un jour j'aimerais habiter ici. Je devrai alors connaître la langue», souligne-t-il.

Plus tard dans la soirée, Michael rejoint le groupe. Il est Italien d'origine suisse et suit le cours de langue avec Jérémie. «On est en train d'apprendre les verbes. Surtout les conjugaisons du passé». Lui aussi a encore du mal a tenir une vraie conversation, «mais le Café des langues aide beaucoup». Est-ce que les Luxembourgeois réagissent différemment quand lui et les deux autres parlent luxembourgeois? «Oui», répond Michael, soutenu par Edgar, qui estime que «les Luxembourgeois sont plus aimables quand on se donne du mal. Même si la plupart du temps on me dit encore "on peut aussi parler en français si vous voulez"».

(joe/L'essentiel)

Café des Langues

C'est une jeune Française, Camille, qui a créé le Café des Langues il y a cinq ans. Le concept, qui existe dans de nombreuses autres villes, est de se rencontrer une fois par mois pour discuter de tout et de rien dans diverses langues. Les réunions, qui ont lieu à Luxembourg-Ville, sont organisées via Facebook. Plusieurs langues sont proposées: luxembourgeois, français, allemand, anglais, néerlandais, espagnol, etc. Il n'y a pas de thème précis, ce qui compte, c'est de parler.

Ton opinion