Peur sur le consulat d'Ukraine au Luxembourg

Publié

Lettre piégéePeur sur le consulat d'Ukraine au Luxembourg

LUXEMBOURG – Une lettre piégée a été adressée à l'ambassade d'Ukraine, à Madrid. Déjà confronté aux conséquences dramatiques de la guerre, le consul honoraire au Luxembourg n'est pas rassuré. Témoignage.

par
Thomas Holzer
Claude Radoux est consul honoraire de l'Ukraine au Luxembourg.

Claude Radoux est consul honoraire de l'Ukraine au Luxembourg.

Vincent Lescaut

Un autre stigmate de la guerre. Après l'adresse d'une lettre piégée à l'ambassade d'Ukraine en Espagne – un employé a été blessé – la crainte a gagné une partie des représentations officielles en Europe, dans le contexte du conflit armé avec la Russie. Interrogé par L'essentiel, le consul honoraire de l'Ukraine au Luxembourg, Claude Radoux, s'est dit «préoccupé» jeudi, tout en se montrant désemparé sur les mesures de sécurité à mettre en place.

«Je compte surtout sur le bons sens des gens, et sur la ''non-importance'' du consulat d'Ukraine au Luxembourg. Comment est-ce possible? Pourquoi cibler une telle représentation? Nous sommes là pour aider les gens au quotidien», s'interroge celui qui s'est engagé depuis de longues années à représenter l'Ukraine au Grand-Duché, notamment grâce à sa bonne connaissance du pays et sa maîtrise de la langue russe.

Seul sur le pont, il reçoit une fois par mois la visite du consul basé à Bruxelles pour porter assistance à la population ukrainienne au Luxembourg. Depuis le lancement de l'invasion russe, le travail est colossal: «Des réfugiés se sont enfuis avec leurs enfants. Leurs passeports sont périmés. Il faut aussi aider ceux qui ont de la famille restée là-bas, sans oublier toutes les actions de soutien et les relations avec les autorités luxembourgeoises».

Qui est à la manœuvre?

Dans ce contexte, M. Radoux espère ne pas avoir à subir les conséquences d'un sentiment anti-ukrainien hérité de plusieurs mois de conflit, sur fond de guerre d'informations. «J'attends avec impatience les résultats des analyses en Espagne», confie-t-il. S'agit-il d'une manœuvre des services de renseignements russes pour installer la peur ou de l'action malveillante d'une personne réceptive aux thèses complotistes? «Je ne veux pas spéculer», répond Claude Radoux, qui dit craindre «les gens irrationnels».

Ce jeudi, les autorités espagnoles ont révélé qu'une lettre piégée, aux caractéristiques «similaires» à celle ayant explosé mercredi à l'ambassade d'Ukraine à Madrid, avait été adressée la semaine dernière au Premier ministre, Pedro Sanchez. Pas de quoi rassurer les autres ambassades et consulats…

Ton opinion

5 commentaires