Equipe de France – Philippe Mexès repenti et bientôt capitaine?

Publié

Équipe de FrancePhilippe Mexès repenti et bientôt capitaine?

Près d'un an après sa dernière apparition en équipe de France et une grave blessure au genou, Mexès reprend le fil de son histoire mouvementée en bleu face à l'Allemagne, mercredi.

Lloris, Abidal et Mexès pourraient prendre le capitanat.

Lloris, Abidal et Mexès pourraient prendre le capitanat.

AFP

Le défenseur de l'AC Milan, qui fait partie des trois joueurs cités jeudi par Laurent Blanc pour devenir son leader et son relais au sein du groupe, peut faire d'une pierre deux coups à Brême en combinant retour en grande pompe en sélection et une possible promotion en tant que capitaine. Mais l'ancien Romain en a vu tellement d'autres à 29 ans (22 sélections) qu'il n'est pas du genre à se laisser facilement distraire par une si prestigieuse distinction.

«S'il me nomme capitaine, ça ne changera rien pour moi, je ne vais pas changer de personnalité, a avoué Mexès lundi. Que je l'aie ou pas, il faut se parler, communiquer. Brassard ou pas, ce n'est pas ça qui va te faire devenir Maradona. Le brassard ce n'est pas rien, ce ne sera pas facile à porter mais je ne vais pas faire une fixation dessus». Le plus important pour lui reste cette «confiance» jamais démentie du sélectionneur à son égard. Depuis le 29 mars 2011, date de son ultime match avec les Bleus (0-0 face à la Croatie en amical au Stade de France), Blanc n'a jamais cessé d'évoquer le poids de son absence alors qu'il pensait avoir enfin trouvé sa colonne vertébrale défensive avec la charnière Mexès-Rami.

Sacrifié par Domenech

La fébrilité affichée par ses nombreux remplaçants (Kaboul, Sakho, Koscielny) n'a fait que révéler au grand jour ce que les Bleus ont perdu avec sa rupture des ligaments du genou, le 4 avril 2011, sous les couleurs de la Roma. Un coup d'arrêt qui n'est que le reflet de son parcours international en dents de scie. Rien n'a été simple pour Mexès, sacrifié par Raymond Domenech après un Autriche-France cauchemardesque en septembre 2008 en qualifications du Mondial-2010 (défaite 3-1).

Il a fallu le fiasco de Knysna et le renouvellement opéré par Laurent Blanc pour qu'il ait droit à une seconde chance. «Je préfère être ici (NDLR: à Clairefontaine) comme ça qu'après l'Autriche, a-t-il expliqué. Quand il sent qu'il a la confiance de son entraîneur et de ses coéquipiers, c'est plus simple pour tout joueur, que ce soit de foot, de ping-pong ou de pétanque, ça donne plus de force». Sans le nommer, Mexès n'a d'ailleurs pas hésité à adresser une pique sévère à Domenech, résumant en peu de mots tout ce qui sépare l'actuel sélectionneur de son prédécesseur.

Plus de pression

«Que je sois ici ou pas appelé, le respect qu'on a envers lui va au-delà du fait qu'il nous sélectionne ou pas, a-t-il affirmé. On va dire qu'on dit ça parce qu'on est son chouchou etc... Mais n'importe quel joueur de l'équipe de France est très fier d'avoir un staff comme celui-là». Car Mexès est le mieux placé pour savoir ce qu'implique une sélection en équipe nationale et la tension qu'elle génère chez les joueurs, à mille lieues de celle vécue en club. «Il y a beaucoup plus de pression, ce n'est pas qu'on se tétanise, mais c'est beaucoup plus de responsabilités et d'attentes de la part des médias, du coach et des coéquipiers, a-t-il indiqué. Je n'ai pas les pieds qui tremblent, mais l'approche est différente qu'en club».

C'est justement cette sérénité dont les Bleus auront besoin pour tenir le choc en Allemagne avant de s'envoler pour l'Ukraine début juin. «Si on gagne 4-0 ce sera l'euphorie et on dira qu'on va être champion d'Europe, si on en prend quatre, on dira que ça ne sert à rien d'aller à l'Euro. Il ne faudra pas faire de bilan, c'est juste un beau match à jouer. On n'a rien à perdre, tout à gagner», a-t-il résumé en toute sagesse.

(L'essentiel Online/AFP)

AC Milan: trois matches de suspension pour Mexès

Philippe Mexès, a été suspendu trois matches par la commission de discipline de la Fédération italienne de football, lundi, pour un coup de poing donné à Marco Borriello lors du match contre la Juventus Turin (1-1), samedi. En début de seconde période, Mexès avait frappé Borriello au flanc.

Match amical

Allemagne - France

Mercredi à Brême (20h45)

Ton opinion