Cyclisme- Vuelta – Philipsen s'impose, Roglic toujours en rouge

Publié

Cyclisme- VueltaPhilipsen s'impose, Roglic toujours en rouge

Le jeune coureur belge, Jasper Philipsen, a remporté ce jeudi au sprint la 15e étape du Tour d'Espagne. Sans conséquence sur le classement général.

UAE Emirates Team's Belgian rider Jasper Philipsen celebrates as he crosses the finish-line of the 15th stage of the 2020 La Vuelta cycling tour of Spain, a 230.8-km race from Mos to Puebla de Sanabria on November 5, 2020. (Photo by MIGUEL RIOPA / AFP)

UAE Emirates Team's Belgian rider Jasper Philipsen celebrates as he crosses the finish-line of the 15th stage of the 2020 La Vuelta cycling tour of Spain, a 230.8-km race from Mos to Puebla de Sanabria on November 5, 2020. (Photo by MIGUEL RIOPA / AFP)

AFP/Miguel Riopa

L'équipe UAE Emirates a attendu la 15e étape pour s'imposer dans la Vuelta avec le jeune sprinteur belge Jasper Philipsen, vainqueur jeudi à Puebla de Sanabria après 230 kilomètres. Sans conséquence sur le classement général toujours mené par le Slovène Primoz Roglic, la plus longue étape de la Vuelta depuis... 2005 s'est conclue par un sprint en faux-plat montant. À l'avantage de Philipsen qui a devancé les Allemands, Pascal Ackermann et Jannik Steimle.

«J'attendais ce moment depuis un bon moment», s'est réjoui le jeune Belge (22 ans), qui s'était classé deuxième du premier sprint massif de la Vuelta dans la 4e étape derrière l'Irlandais Sam Bennett, distancé cette fois dans la dernière ascension. Philipsen, qui quittera en fin d'année la formation du vainqueur du Tour, le Slovène Tadej Pogacar, pour rejoindre l'équipe Alpecin, a enlevé le cinquième succès de sa carrière, le premier dans un grand tour.

L'horaire de départ avancé

Le fort vent de face, qui a amené les organisateurs à avancer l'horaire de départ, a contrarié la progression de la course (36 km/h finalement) dans des conditions météo humides et froides. L'étape a longtemps été ouverte par une échappée d'une douzaine de coureurs, parmi lesquels le Français Guillaume Martin quasiment assuré désormais du maillot de meilleur grimpeur en vue de la conclusion, dimanche, à Madrid. Dans la cinquième et dernière ascension du jour, l'Italien Mattia Cattaneo a distancé ses onze compagnons (Aranburu, L. L. Sanchez, Costa, Donovan, Power, Rojas, Schultz, Stannard, G. Martin, Simon, Lastra) à 32 kilomètres de l'arrivée.

Mais Cattaneo, qui visait le 100e succès dans un grand tour pour l'équipe de Patrick Lefevere (Deceuninck Quick-Step), a buté sur le vent contraire et a été rejoint à l'approche des trois derniers kilomètres par le peloton souvent mené par l'équipe Bora travaillant pour Ackermann. Les temps étant pris aux trois kilomètres, les coureurs du classement général se sont relevés par précaution avant le sprint dans la petite ville de Puebla de Sanabria, près de la frontière portugaise.

Profil accidenté

Roglic, qui a gardé intacte son avance de 39 secondes sur l'Équatorien Richard Carapaz et de 47 secondes sur le Britannique Hugh Carthy, s'est félicité de la décision du jury. «D'après ce que j'ai entendu, il y avait un peu d'huile sur la chaussée. C'était bien de ne pas prendre de risque». Vendredi, la 16e étape, longue de 162 kilomètres entre Salamanque et Ciudad Rodrigo, affiche un profil accidenté avec un col de première catégorie à 35 kilomètres de l'arrivée.

«Ce sera probablement un groupe réduit de 30-40 coureurs qui se regroupera en tête», prévoit Fernando Escartin, le directeur technique du Tour d'Espagne, à propos de l'arrivée à Ciudad Rodrigo (ouest) où la Vuelta est arrivée à deux reprises (victoires d'Ullrich en 1999, de Vinokourov en 2000).

(L'essentiel/afp)

Ton opinion