Santé: Plus de 700 cas de variole du singe dans le monde

Publié

SantéPlus de 700 cas de variole du singe dans le monde

La variole du singe touche désormais quelques centaines de personnes dans le monde. La grande majorité des cas américains sont par exemple liés à des voyages à l’étranger.

La variole du singe est une maladie infectieuse qui se caractérise par l’apparition d’éruptions cutanées.

La variole du singe est une maladie infectieuse qui se caractérise par l’apparition d’éruptions cutanées.

AFP

Les autorités sanitaires américaines ont annoncé vendredi compter 21 cas de variole du singe aux États-Unis, où la maladie pourrait avoir commencé à se transmettre localement, et être au courant de plus de 700 cas dans le monde. Parmi les cas présents aux États-Unis, 20 ont été détectés dans 11 États, et un autre a été détecté et infecté à l’étranger.

La grande majorité des cas américains sont liés à des voyages à l’étranger, selon les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence sanitaire fédérale du pays. Mais quelques autres sont liés à d’autres cas connus aux États-Unis, et pour une personne, la source de l’infection n’a pas été identifiée pour le moment.

«Il pourrait y avoir une transmission locale au sein de la population», a averti lors d’une conférence de presse Jennifer McQuiston, en charge de la réponse des CDC face à la maladie. Toutefois, «nous pensons toujours que le risque de santé publique est faible», a-t-elle rassuré. Aucun décès lié à ces nouveaux cas n’a pour le moment été recensé aux États-Unis ou dans le monde, a-t-elle précisé.

Éruptions cutanées

La variole du singe est une maladie infectieuse qui se caractérise par l’apparition d’éruptions cutanées, qui peuvent être douloureuses, notamment si elles se trouvent dans des zones sensibles comme les organes génitaux. La transmission nécessite un contact étroit et prolongé entre deux personnes, et se fait principalement via la salive ou le pus des lésions cutanées formées au cours de l’infection.

La majorité des cas américains sont recensés chez des hommes gays -- d’où des campagnes ciblées pour sensibiliser cette population -- mais la maladie peut toucher tout le monde. «Nous travaillons très dur pour contenir» la maladie, a déclaré Jennifer McQuiston, afin qu’elle ne devienne pas endémique comme c’est le cas dans plusieurs pays d’Afrique.  «La stratégie des États-Unis est concentrée sur l’identification des cas, des personnes ayant été en contact avec eux, et de s’assurer que le vaccin leur est proposé, et que les cas sont isolés», a-t-elle expliqué.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires