Place financière luxembourgeoise – Plus de moyens pour la promotion de la finance

Publié

Place financière luxembourgeoisePlus de moyens pour la promotion de la finance

LUXEMBOURG – De nouvelles prérogatives et une enveloppe de 500 000 euros supplémentaires sont attribuées à Luxembourg for finance pour l'an prochain.

Luxembourg for finance est chargé d’étoffer son travail de lobbying en mettant l’accent sur trois thématiques, définies comme des priorités par le gouvernement.

Luxembourg for finance est chargé d’étoffer son travail de lobbying en mettant l’accent sur trois thématiques, définies comme des priorités par le gouvernement.

Editpress/Isabella Finzi

Luxembourg for finance (LFF) disposera d’une enveloppe budgétaire gonflée de 500 000 euros l’an prochain, a annoncé jeudi le ministre des Finances Pierre Gramegna. L’organisme de promotion de la Place financière disposera ainsi d’un budget de 5 millions d’euros. Cette rallonge doit lui servir, en plus de son activité traditionnelle, d’étoffer son travail de lobbying en mettant l’accent sur trois thématiques, définies comme des priorités par le gouvernement.

Le domaine des fintechs - ou technologies financières - en fait partie. «Les différents acteurs de la Place comme l’Alfi ou l’ABBL travaillent sur ce sujet, il un acteur qui coordonne ces actions», explique Nicolas Mackel, CEO de LFF. Des missions en Corée du Sud, au Japon ou encore au Canada «ont amené plusieurs entreprises à venir au Luxembourg pour se renseigner et à y chercher des clients. Il faut approfondir ces relations dans le domaine de la digitalisation», souligne le CEO.

«Attirer une banque islamique»

Autre axe à développer, consolider la position du pays, déjà bien avancée, dans l’internalisation du renminbi (la monnaie chinoise). Une délégation de 80 personnes se rendra ainsi en Chine la semaine prochaine. «Deux des banques chinoises au Luxembourg sont maintenant actives dans les fonds, trois sur les cotations à la bourse luxembourgeoise. Il reste du potentiel», pointe Nicolas Mackel.

Enfin, le Luxembourg, 3e place pour la finance islamique, voudrait maintenant «attirer une banque islamique». Après le «succès» rencontré par le premier sukuk émis par le Luxembourg, un deuxième est en cours de préparation, a indiqué Pierre Gramegna.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Ton opinion