Discriminations – «Plus facile d’être gay à Luxembourg qu’à Wiltz»
Publié

Discriminations«Plus facile d’être gay à Luxembourg qu’à Wiltz»

LUXEMBOURG - Alors que l’association SOS-Homophobie dénonce l’augmentation des agressions d'homosexuels en France, au Grand-Duché, le Centre d’Information Gay et Lesbien (Cigale) estime la situation plutôt calme.

Même si c'est peut-être plus facile d'afficher ses préférences au Luxembourg, les homosexuels connaissent de réelles difficultés. (AFP)

Même si c'est peut-être plus facile d'afficher ses préférences au Luxembourg, les homosexuels connaissent de réelles difficultés. (AFP)

Malgré une législation qui réprime fermement les actes homophobes, le nombre de témoignages sur des agressions physiques à l'encontre des homosexuels a progressé en 2009, passant à 88 contre 61 en 2008, indique l'association SOS-Homophobie dans son rapport annuel rendu public mardi. L'«agressivité» des jeunes est en hausse et Internet sert de «défouloir» aux homophobes, selon ce document.

Ces agressions physiques se produisent à 47% dans les lieux publics, les agresseurs, qui jugent l'homophobie légitime, la revendiquant haut et fort en cherchant l'approbation des passants. Les agressions physiques sont plus nombreuses en province (60%) qu'en Ile-de-France et le nombre des jeunes victimes (18 à 24 ans) a fortement augmenté avec 22 cas en 2009 contre 6 en 2008.

«La discrimination s’est faite plus sous-jacente»

Au Luxembourg, les associations se sentent plutôt gâtées: «Dans les années 80, les lieux de drague homosexuels étaient souvent le théâtre d’agressions, aujourd’hui c’est moins le cas » explique Roby Antony, chargé de direction du Centre d’Information Gay et Lesbien (Cigale). «Tout n’est pas parfait mais le fait que la vie soit plutôt confortable au Luxembourg rend les choses plus faciles».

Avec le renforcement de l’arsenal juridique qui protège davantage les homosexuels, «la discrimination s’est faite plus sous-jacente, plus discrète et de ce fait plus difficile à prouver» continue-t-il. «Et ça reste toujours compliqué pour les homos de parler d’une agression, ils préféreront toujours expliquer que c’est pour leur voler leur portefeuille que parce qu’ils sont gays». Surtout pour ceux qui habitent en dehors des agglomérations : «C’est plus facile d’être gay à Luxembourg-Ville qu’à Wiltz». Et de noter que les influences religieuses et culturelles freinent encore beaucoup l’acceptation d’une orientation sexuelle différente.

Marion Chevrier/lessentiel.lu

Le Centre d'Information GAy et Lesbien (Cigale) est un lieu d'écoute, présenté comme un lieu de rencontre protégé pour des homosexuels.

Tel: 26 19 00 18

Site Internet: www.cigale.lu

À noter que le Cigale participera à la Journée de la Diversité de la Grande-Région qui se déroulera à Metz en novembre afin d'informer et de prévenir.

Ton opinion