Espace Schengen – Plus grand, mais avec plus de clandestins

Publié

Espace SchengenPlus grand, mais avec plus de clandestins

L'élargissement de la frontière de l'espace Schengen par l'adhésion à terme de la Bulgarie et de la Roumanie est susceptible d'encourager l'immigration clandestine, juge Europol, mardi.

«L'accession possible de la Roumanie et la Bulgarie à la zone Schengen (...) risque d'augmenter la pression sur la frontière gréco-turque et la côte bulgare de la mer Noire risque de devenir une cible de l'immigration clandestine», a jugé Jean-Dominique Nollet, chef de l'unité d'analyses d'Europol, lors d'une conférence sur Schengen. À l'avenir, des groupes criminels albanophones, turques et issus de l'ex-Union soviétique «pourraient exploiter l'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie, ainsi que la levée des visas pour les pays des Balkans occidentaux».

La future suppression des visas Schengen envisagée pour les ressortissants d'Ukraine et de Moldavie risque également de faciliter les activités criminelles, selon M. Nollet. Parmi tous les centres d'activité de la criminalité organisée en Europe, c'est la région des Balkans qui a connu «la plus grande expansion ces dernières années», en matière de trafic de drogues, de contrebande et de trafic d'êtres humains, selon un rapport récent d'Europol. L'adhésion de la Bulgarie et la Roumanie à Schengen «ne doit effrayer personne», a souligné le représentant d'Europol, insistant néanmoins sur la nécessité de prendre «des mesures appropriées» à l'avance.

L'entrée éventuelle de Sofia et Bucarest dans Schengen doit permettre une libre circulation de personnes entre les Balkans et la grande majorité des pays européens.
Certains États, dont les Pays-Bas, la France et l'Allemagne, se sont toutefois déclarés réservés, et une adhésion rapide des deux pays paraît compromise. L'unanimité des 26 membres de l'espace Schengen est requise pour l'intégration de tout nouveau membre.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion