Infractions au Luxembourg – Plus personne ne pourra échapper aux PV

Publié

Infractions au LuxembourgPlus personne ne pourra échapper aux PV

LUXEMBOURG - Le Luxembourg et les pays voisins ont adopté l’échange des données liées aux infractions commises sur la route.

La police luxembourgeoise fait payer les infractions aux étrangers.

La police luxembourgeoise fait payer les infractions aux étrangers.

Editpress

«À partir de maintenant, tous les pays limitrophes appliquent l’échange transfrontalier d’informations en matière d’infractions routières», explique Dany Frank, porte-parole du ministère du Développement durable et des Infrastructures. La directive européenne qui prévoit «un réseau d’échange de données électroniques» pour «huit infractions routières» (voir en encadré) a en effet été transposée au Luxembourg, en Belgique, en Allemagne et en France.

Dans la pratique, le Grand-Duché n’applique pas encore cet échange d’informations. «Cela se fera en même temps que la mise en service des radars, mi-mars», explique Florent Goniva, porte-parole de la police grand-ducale. À l’heure actuelle, les policiers luxembourgeois n’ont pas besoin de rechercher l’identité des conducteurs dans une base de données étrangère. Les automobilistes en faute sont automatiquement arrêtés et payent les amendes immédiatement.

Le parquet sanctionnera

Une fois les premiers radars fixes mis en service, la police grand-ducale fera appel aux polices belge, allemande ou française pour sanctionner les conducteurs étrangers.

Malgré ces dispositions, certains automobilistes espèrent toujours échapper aux PV. «Mais la justice des pays qui participent à cet échange transfrontalier ne fait pas de cadeaux», assure-t-on du côté du ministère. Si une contravention émise par un de ces pays n’est pas payée, un rappel est envoyé. Ensuite, si l’automobiliste ne s’acquitte toujours pas de l’amende, il peut être convoqué par le parquet général du pays qui va le sanctionner.

(Juliette Devaux/L'essentiel)

Huit infractions

L'échange transfrontalier des données n'intervient que pour les huit infractions suivantes:

- excès de vitesse

- non-port de la ceinture de sécurité

- franchissement d'un feu rouge

- conduite en état d'ivresse

- conduite sous l'influence de drogues

- non-port du casque

- circulation sur une voie interdite

- usage d'un téléphone portable en conduisant

À noter que les dispositions européennes ne prévoient pas cet échange d'informations pour les «petites» infractions comme le stationnement non-réglementaire.

Ton opinion