Au Luxembourg – Plus vous êtes pauvres, plus le logement est cher

Publié

Au LuxembourgPlus vous êtes pauvres, plus le logement est cher

LUXEMBOURG - Les prix élevés du marché luxembourgeois de l'immobilier ne frappent pas tous les ménages de la même façon.

Pas toujours évident de trouver un endroit où défaire ses cartons...

Pas toujours évident de trouver un endroit où défaire ses cartons...

On le sait, le logement et ses prix parfois délirants sont un des problèmes les plus importants auxquels la société luxembourgeoise est confrontée. Et même pendant la crise du Covid, les prix ont continué leur course folle vers les sommets, avec une hausse de 16,7% sur un an au 4e trimestre 2020. Et ce problème s'accentue pour les ménages les moins aisés de la population.

Ainsi, selon les chiffres 2019 du panorama social de la Chambre des salariés (CSL), 35,2% des ménages résidents font face à de lourdes charges financières liées au logement. Une proportion qui connaît de fortes disparités en fonction des revenus. Ainsi, pour près de 6 ménages sur 10 sous le seuil de pauvreté, le logement constitue une lourde charge (contre autour de 30% pour les familles plus aisées). Un écart de 28 points qui place le Luxembourg en quatrième position des pays les plus inégaux dans la zone euro. En Allemagne, l'écart est de 11,5 points, en France de 24,9.

«Les dérives du marché de l'immobilier»

Et ce sont les locataires qui subissent le plus les caprices du marché. En effet, 31% d'entre eux font face à un risque de pauvreté, ce qui place, là encore, le Grand-Duché parmi les mauvais élèves de la zone euro. Pire, les locataires consacrent en moyenne presque un tiers (32%) de leur revenu disponible pour payer le loyer, deuxième taux le plus élevé de la zone euro. Et les écarts sont importants. Les ménages non pauvres consacrent autour de 25% de leurs revenus pour le loyer, ceux sous le seuil de pauvreté 21,6 points de plus, soit presque la moitié de ce qu'ils gagnent. Pour la CSL, ces «fortes proportions sont autant de reflets des dérives que connaît le marché de l'immobilier au Luxembourg depuis de nombreuses années».

Même les propriétaires n'y échappent pas, dans une moindre mesure, puisqu'il sont 12% à vivre dans un risque de pauvreté. D'après la Chambre des salariés, ce risque «augmente nettement ces dernières années», quel que soit le statut d'occupation du logement.


(jw/L'essentiel)

Ton opinion