Crise en Libye – Plusieurs centaines de morts

Publié

Crise en LibyePlusieurs centaines de morts

Bravant la sanglante répression menée par les forces de sécurité libyennes, des manifestants se sont de nouveau rassemblés dimanche à Benghazi dans l'est de la Libye.

Au moins 104 personnes ont été tuées en Libye depuis le début de la contestation mardi, a affirmé dimanche l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW), alors que la contestation s'approchait de Tripoli.

Au moins 200 manifestants ont été tués ces derniers jours dans la ville de Benghazi au coeur de la contestation contre le régime de Moammar Kadhafi, selon une source médicale. D'après ce médecin, qui a requis l'anonymat dimanche par crainte de représailles, les corps de quelque 200 manifestants tués par les forces de sécurité libyennes ont été transportés ces derniers jours dans son hôpital.

Des centaines de personnes sont revenues dimanche matin sur une place devant le tribunal de Benghazi, deuxième ville du pays, au lendemain d'une journée meurtrière au cours de laquelle les forces de l'ordre ont ouvert le feu sur des personnes qui venaient d'assister aux funérailles de manifestants.

Le bilan pourrait être plus élevé

Dans les heures qui ont suivi cette attaque, une source médicale a fait état d'au moins quinze morts. Mais selon Mohammed Abdallah, un membre du Front national pour le salut de la Libye basé à Dubaï, le bilan pourrait être beaucoup plus élevé. Il a cité des responsables hospitaliers selon lesquels il pourrait atteindre 300 morts.

D'après des témoignages, les manifestants ont été attaqués par des forces composées d'un mélange de commandos spéciaux de mercenaires étrangers et de partisans du colonel Kadhafi armés de couteaux, de Kalashnikovs, et même de missiles anti-aériens.

Internet coupé dans la nuit

Depuis six jours, des manifestants réclamant le départ de Moammar Kadhafi, au pouvoir depuis 1969, sont descendus dans les rues de plusieurs villes de Libye. Mais il demeure difficile d'obtenir des détails précis sur la contestation, les journalistes ne pouvant travailler librement dans le pays compte tenu de l'étroit contrôle exercé par le régime. Les informations proviennent d'entretiens téléphoniques, mais aussi de vidéos amateurs et de messages mis sur Internet ainsi que des opposants en exil.

Mais selon le réseau américain Arbor Networks, Internet a de nouveau été coupé en Libye dans la nuit. La compagnie a précisé que le trafic a cessé en Libye vers 2h du matin, a été restauré de façon restreinte plusieurs heures plus tard pour être coupé de nouveau dans la nuit.

(L'essentiel Online/ap)

Rappel des événements en Libye

- 15/16 février: Dans la nuit, la police disperse par la force un sit-in contre le pouvoir à Benghazi, deuxième ville du pays et bastion des opposants du régime. Les manifestants réclament la libération d'un avocat représentant des familles de prisonniers tués en 1996 dans une fusillade dans la prison d'Abou Salim à Tripoli qui avait fait plus de 1 000 morts. 38 personnes sont blessées. A Al-Baïda, au moins deux manifestants anti-régime sont tués par les forces de sécurité.

- 17: De violents affrontements entre manifestants et forces de sécurité font huit morts et des dizaines de blessés. Six personnes sont tuées à Benghazi et deux à Al-Baïda, alors que des appels sont lancés sur Facebook pour faire de cette journée de jeudi une "Journée de la colère" contre le régime de M. Kadhafi. A Zenten, plusieurs personnes sont arrêtées et des postes de police et un bâtiment public incendiés.

- 18: Vendredi, le bilan des émeutes dépasse les quarante morts. Les affrontements touchent l'est du pays, notamment Benghazi, où le siège de la radio est incendié. Deux policiers qui tentaient de disperser une manifestation à Al-Baïda sont capturés par des manifestants, puis pendus. Le réseau social Facebook n'est plus accessible à Tripoli, et les connexions internet sont très perturbées.

- 19: Le bilan s'alourdit. Les forces de sécurité ont tué plus de 80 personnes, selon l'organisation de défense des droits de l'homme. A Benghazi, 12 personnes au moins sont tuées alors que l'armée repousse à balles réelles des manifestants qui prenaient d'assaut une caserne. Des heurts sanglants ont éclaté samedi à Musratha. Il est toujours impossible d'accéder à Twitter et Facebook et les connections aux autres sites sont très lentes ou impossibles.

- 20: Dimanche, la contestation semble se transformer en insurrection dans l'est, surtout à Benghazi et HRW fait état de plus de cent morts depuis le début du mouvement mardi. Les autorités annoncent avoir arrêté des dizaines de ressortissants arabes appartenant à un "réseau" chargé de déstabiliser le pays. Des dizaines d'avocats participent à un sit-in de protestation contre la répression devant le tribunal de Tripoli. Le colonel Kadhafi n'a toujours pas fait de déclaration officielle depuis le début du mouvement.

Ton opinion